19 avril 2012
Bilan économique du CLD Les Maskoutains
Saint-Hyacinthe dans la mire de multinationales européennes
Par: Jean-Luc Lorry
Le directeur général du CLD Les Maskoutains, Mario De Tilly.

Le directeur général du CLD Les Maskoutains, Mario De Tilly.

La crise économique qui sévit en Europe ne semble pas ralentir les projets de développement de plusieurs multinationales qui ont choisi Saint-Hyacinthe pour s’y implanter ou procéder à l’expansion de leurs activités.

Selon les chiffres compilés par le CLD Les Maskoutains, 13 projets d’investissements industriels provenant de l’étranger ont représenté en 2011 un montant de 52 M$, soit plus du tiers des investissements qui se chiffrent à 146 M$. Les secteurs de la biotechnologie et agroalimentaire représentent à eux seuls 68,9 % des investissements, soit 100,8 M$.

« Les investissements en provenance de l’étranger n’ont jamais été aussi importants dans la région », a souligné avec enthousiasme, le maire de Saint-Hyacinthe et président du CLD Les Maskoutains, Claude Bernier, lors de l’assemblée publique annuelle.L’an dernier, le brasseur allemand Karlsberg annonçait l’implantation d’une nouvelle usine sur la rue Martineau Ouest pour produire les bières et coolers de marque Boris. Cet investissement de l’ordre de 4,2 M$ a permis la création de 16 emplois. Le géant américain des confiseries Hershey a depuis peu pignon sur rue en Ville via l’acquisition des Aliments Brookside. Cette entreprise dont l’usine est installée sur l’avenue Choquette a investi 4,5 M$ en vue d’augmenter la production de friandises chocolatées. Sur la même artère, Liberté, propriété de la multinationale franco-américaine Yoplait, est en plein travaux d’agrandissement de son usine de yogourt. Cet investissement majeur de 13 M$ permettra entre autres de développer le volume de fabrication du yogourt grec.Du côté de l’Espagne, Industrie gastronomique Cascajares spécialisée dans la préparation de mets surgelés haut de gamme a investi 1,2 M$ dans une usine flambant neuve située dans la Cité de la biotechnologie.Finalement, la multinationale française Veolia a déjà dépensé 12 M$ pour construire une nouvelle usine de régénération des huiles usées. Ce projet industriel qualifié d’« historique » par la direction du CLD représentera un investissement total de 55 M$.

Emploi en santé

L’an dernier, 187 emplois ont été perdus dont 131 en raison de rationalisation et 56 à la suite de fermeture d’entreprises.

Comparativement, 354 emplois ont été créés. Les projets d’expansion ont permis la création de 277 emplois et le démarrage de nouvelles entreprises, de 75 emplois supplémentaires. On note également deux autres emplois compilés par le CLD.« En matière de gain net d’emplois, l’année 2011 nous a permis de comptabiliser 167 emplois au total », peut-on lire dans le rapport annuel du CLD Les Maskoutains.La direction du Centre local de développement tire un bilan positif de l’année 2011 malgré une conjoncture économique fragile et des signes encore timides de reprise. « Le ralentissement économique pour la région fut en réalité très faible », a mentionné Claude Bernier.Le directeur général du CLD, Mario De Tilly a salué une nouvelle fois le prestigieux prix de « meilleur parc technologique en émergence au monde » décerné à la Cité de la biotechnologie.« La Cité a tout ce qu’il faut pour devenir un grand pôle international de développement et de l’innovation de l’industrie bioalimentaire », a indiqué le commissaire industriel.Pour les prochains mois, l’équipe du CLD travaille sur plusieurs dossiers, dont le développement de la filière chocolatée à Saint-Hyacinthe ainsi que la création d’un centre national de développement des aliments.

image