2 juin 2016
Service d’incendie
Saint-Simon se tourne vers Saint-Hyacinthe
Par: Benoît Lapierre
Saint-Simon se tourne vers Saint-Hyacinthe

Saint-Simon se tourne vers Saint-Hyacinthe

La caserne des pompiers de Saint-Simon tombera bientôt sous l’autorité du Service de sécurité de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La caserne des pompiers de Saint-Simon tombera bientôt sous l’autorité du Service de sécurité de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La municipalité de Saint-Simon n’assurera plus elle-même le maintien d’un service de lutte contre l’incendie pour protéger sa population.

Dans quelques mois, les pompiers appelés à intervenir sur son territoire se trouveront sous la direction du Service de sécurité incendie de la Ville de Saint-Hyacinthe.

Ainsi en a décidé le conseil municipal de Saint-Simon à sa séance publique du 3 mai. Les élus ont adopté une résolution par laquelle ils approuvent le projet d’entente négocié avec Saint-Hyacinthe au cours des derniers mois et en autorisent la signature.

« Ce n’est pas complètement terminé, il nous reste à tenir une ou deux réunions pour tout finaliser, mais c’est vers ça qu’on s’en va. Eux, ils sont très ouverts à prendre en charge nos pompiers », a indiqué le maire de Saint-Simon, Normand Corbeil. Il s’attend à ce que la transition s’effectue vers la fin de 2016 ou au tout début de 2017.

L’actuel Service des incendies de Saint-Simon fonctionne avec une vingtaine de pompiers qui, pour la plupart, ne résident pas au village, mais bien à Sainte-Hélène et Saint-Liboire. « À Saint-Simon même, il ne nous reste que deux pompiers, et c’est l’une des raisons qui nous incitent à s’entendre avec Saint-Hyacinthe. Il y a aussi toute la lourdeur du système depuis l’entrée en vigueur du schéma régional de couverture de risques. On a de plus en plus de misère à se conformer aux normes, c’est énormément de paperasse et il y aurait eu encore beaucoup d’investissements à faire », explique le maire Corbeil.

Mais pour obtenir la desserte de Saint-Hyacinthe, la municipalité a tout de même dû remplir une condition d’entrée représentant un investissement de 450 000 $. Elle vient de faire l’achat d’un camion autopompe tout neuf d’une valeur de 399 865 $ pour remplacer l’ancien, et devra aussi faire l’acquisition d’un petit véhicule utilitaire. Par la suite, c’est Saint-Hyacinthe qui se chargera de tout et qui facturera Saint-Simon en conséquence. Toutefois, Normand Corbeil affirme que la protection contre l’incendie ne coûtera pas plus cher qu’avant à la municipalité, soit environ 150 000 $ par année.

Et il s’attend à un service d’excellente qualité. « Saint-Hyacinthe, ce n’est pas à la porte, mais ils ont huit pompiers de garde en permanence, toujours prêts à intervenir, et leur temps de mobilisation est très court », fait-il valoir. Il s’attend à ce que la municipalité de Sainte-Hélène-de-Bagot imite Saint-Simon et qu’elle se tourne à son tour vers Saint-Hyacinthe en matière d’incendie.

En ce qui a trait au volet « prévention » et des inspections qui s’y rattachent, Saint-Simon devait faire appel à une firme privée après la rupture contractuelle entre Saint-Hyacinthe et la MRC en cette matière, à la fin de 2015. Finalement, elle confiera aussi ce dossier à la Ville de Saint-Hyacinthe, avec le reste. « La Ville va s’occuper des inspections, de la formation, des évènements spéciaux », a précisé Normand Corbeil.

image