29 décembre 2011
Saint-Théodore-d’Acton — 1861-2011 (4)
Par: Le Courrier
École du 8<sup>e</sup> rang, vers 1940.

École du 8e rang, vers 1940.

Les écoles

publicité

Les écoles

Les registres de la Commission scolaire du canton d’Acton s’ouvrent le 15 juillet 1855. Lors de la division du canton, une assemblée publique des habitants de Saint-Théodore fut tenue le 27 juillet 1863 pour organiser une nouvelle commission scolaire. La paroisse était divisée en quatre arrondissements.

L’école du village alors située au petit 6, datait de 1858, ainsi que l’école no 2 au 7e rang, l’école no 5 au 8e rang ouest; l’école no 7 au 5e rang ouest et l’école no 9 au 9e rang est. En ordre chronologique, voici les autres écoles qui ont fait partie de la commission scolaire de Saint-Théodore : école no 4 au 7e rang est, fondée en 1895; école no 8 au 8e rang est, fondée en 1895; école no 3 au 7e rang, fondée en 1900; le couvent a été fondé en 1914; l’école no 10 au 9e rang ouest, fondée en 1941. Ces écoles furent au service des jeunes jusqu’à 1958, date à laquelle on regroupa tous les élèves de la Commission scolaire locale. L’école centrale reçut ses premiers élèves à l’automne de 1958, il fallut toutefois conserver les classes de l’ancien couvent et déménager au village une petite école de campagne, celle portant le numéro 9, du 9e rang, en face de la nouvelle école pour loger tous les élèves. La rentrée scolaire de septembre 1971 marque la disparition des commissions scolaires locales. Saint-Théodore doit donc se joindre à la Commission scolaire d’Acton Vale pour le primaire et à la Commission scolaire régionale Saint-François de Drummondville pour le secondaire. À l’automne de 1997, la refonte des Commissions scolaires entraîna un nouveau découpage des territoires. Les écoles qui étaient rattachées à la Commission scolaire Des Chênes de Drummondville, dont celles de Saint-Théodore, furent transférées à la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe. Bien sûr, le primaire est toujours enseigné à Saint-Théodore et le secondaire à la polyvalente Robert-Ouimet d’Acton Vale.

La Caisse populaire

Fondée le 16 décembre 1923, la Caisse populaire de Saint-Théodore-d’Acton est la deuxième plus ancienne caisse du diocèse de Saint-Hyacinthe. Possédant une charte provinciale et une structure bien établie, elle offre à ses membres, une gamme de services diversifiés, adaptés à leurs besoins.

Les commerces

Dans toute localité, se trouvent certains établissements de service public : boutique de forge, magasin général, menuiserie, boulangerie, boucherie, beurrerie. Saint-Théodore n’y fit pas exception et connut ces types de commerces.

L’aqueduc et les égouts

À Saint-Théodore, il n’y a pas d’aqueduc municipal, l’approvisionnement en eau potable est depuis toujours, pour chaque famille, tant du village que de la campagne, affaire privée en ce sens que l’on extrait à même un puits artésien situé près de la demeure la précieuse boisson. Depuis 1985, la municipalité possède un système de collecte des eaux usées.

L’électricité

Le Conseil municipal du temps demande à la compagnie « Southern Canada Power » la mise en place d’une ligne de distribution électrique dans la paroisse, c’est à partir de 1946 que les premières 25 lampes furent installées dans les rues du village. Avant cette date, il n’y avait pas de ligne de distribution de l’électricité dans la paroisse.

Le téléphone

Jean-Marc Fontaine fut chargé de l’installation et de l’entretien des appareils téléphoniques à domicile en 1922. Aidé de ses fils Marc et Roch ainsi que de Paul-Yvon Fontaine, il a oeuvré dans ce domaine jusqu’en 1967, alors que la municipalité adhérait au réseau téléphonique de Bell Canada.

Yvonne Desautels s’est dévouée dès avril 1922 au service permanent du téléphone rural, durant près d’un demi-siècle. Elle fut aidée par sa mère, madame Rémi Desautels et par sa soeur, Thérèse Desautels. Au cours des 14 derniers mois du téléphone rural, c’est Hélène Desautels Lupien qui en assura le service.

L’habitation

Bien que la plupart des familles possède une maison unifamiliale, plusieurs logements sont disponibles pour ceux qui optent pour ce genre de logement. De plus, pour les personnes âgées, il existe, depuis 1985, la « Villa Saint-Théodore » qui offre 12 unités de logement.

image