15 mars 2012
Sainte-Rosalie – 1832-2012 –
Par: Le Courrier
Photo Aurèle Fredette, Sainte-Rosalie, 21 février 2012.

Photo Aurèle Fredette, Sainte-Rosalie, 21 février 2012.

Sainte-Rosalie est une ville de la Montérégie, qui a été annexée à la ville de Saint-Hyacinthe en 2002. La municipalité est nommée en l’honneur de Marie-Rosalie Papineau Dessaulles (1788-1857).

publicité

Sainte-Rosalie est une ville de la Montérégie, qui a été annexée à la ville de Saint-Hyacinthe en 2002. La municipalité est nommée en l’honneur de Marie-Rosalie Papineau Dessaulles (1788-1857).

Marie-Rosalie est la fille cadette du notaire et arpenteur Joseph Papineau. Née en 1788, elle épouse Jean Dessaulles en mai 1816. De cette union naissent trois enfants : Louis-Antoine, le 31 janvier 1818, Marie-Rosalie-Eugénie, le 2 mai 1824 et Georges-Casimir, le 29 septembre 1827. Marie-Rosalie était la soeur de Louis-Joseph Papineau, l’une des principales têtes d’affiche des troubles de 1837. Toutefois, l’église et la paroisse Sainte-Rosalie sont nommées en l’honneur de Rosalie de Palerme, une vierge consacrée à Jésus-Eucharistie. Voici ce qu’en dit un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Rosalie de Palerme (1130-1160) est la patronne de la ville de Palerme en Italie et de la ville de El Hatillo au Venezuela. Selon la légende, Rosalie est née au sein d’une noble famille sicilienne. Elle était descendante de la famille de Charlemagne. C’était une jeune fille très pieuse, qui se retira, à l’âge de 14 ans, dans une grotte du Monte Pellegrino où elle passa les dernières années de sa vie, buvant l’eau d’une source et se nourrissant de ce que la nature lui offrait alentour. La paroisse religieuse fut érigée canoniquement le 3 juin 1832 par décret de Mgr Panet, évêque de Québec… À tous ceux qui les présentes verront faisons savoir que… Nous avons érigé et érigeons par les présentes en titre de cure et de paroisse sous l’invocation de sainte Rosalie vierge dont la fête se célèbre le 4 septembre… Donné à Québec sous notre Seing et Sceau de nos armes et le contreseing de notre Secrétaire… En consultant les trois ouvrages publiés par l’abbé Jean-Baptiste-Olivier Archambault : Monographie de la paroisse de Sainte-Rosalie, 1939; Pierre Cordeau : Histoire de Sainte-Rosalie 1832-1982; Madame Diane LeBlanc : Sainte-Rosalie, 175 ans de passion et de défi 1832-2007, on retient ce qui suit. Les premiers édifices paroissiaux furent construits assez rapidement et dès le 12 décembre 1833, ils étaient achevés. Cependant la paroisse était toujours desservie par le curé Antoine Girouard de Saint-Hyacinthe. C’est le dimanche 5 octobre 1834 que le premier curé arrive à Sainte-Rosalie, il s’agit de l’abbé Dieudonné Denys. Vivement, la population de la paroisse s’accroît, si bien que le sixième curé, l’abbé Godefroi Marchessau, fait parvenir, le 18 mars 1859, une supplique à Mgr Prince pour la construction d’une nouvelle église. Des démêlés importants en retarderont sa construction et son parachèvement, si bien qu’il faudra attendre le dimanche 29 janvier 1871 pour qu’une première messe y soit célébrée. Le neuvième curé, l’abbé Jean-Baptiste-Olivier Guy, qui fut à la tête de la paroisse pendant 37 ans, soit du 30 septembre 1875 au 29 septembre 1912, mit tout son zèle au service de la paroisse. Plusieurs améliorations furent apportées tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du presbytère et de l’église. En 1901, de concert avec les marguilliers, monsieur Guy entreprend des démarches en vue de doter l’église d’un orgue moderne. On décide alors, sur autorisation de monseigneur Maxime Decelles, évêque de Saint-Hyacinthe, de confier ce travail à messieurs Casavant et Frères de Saint-Hyacinthe. Une partie du contrat se lit comme suit : « Nous soussignés, nous nous engageons par les présentes à construire et livrer en bon état de fonctionnement, le ou vers le 8 décembre 1901, dans l’église paroissiale de Sainte-Rosalie, un orgue conforme aux devis et détails sus-mentionnés pour le prix de dix-neuf cents piastres, payables, partie à la livraison de l’instrument, la balance par billet portant intérêt de 5 %, le tout dans les cinq ans qui suivront la livraison ». (Signé) Casavant et Frères. Saint-Hyacinthe, le 4 octobre 1901. (Nous soussignés, autorisons MM. Casavant Frères à construire un orgue conformément aux devis et détails ci-dessus mentionnés et nous nous engageons à leur payer pour tel orgue la somme sus-dite de dix-neuf cents piastres aux termes et conditions plus haut signalées.) (Signé) David Lussier J-B-0 Guy, Ptre-curé. Cet orgue muni d’abord d’un soufflet à main d’homme, fut enrichi en 1918 d’un soufflet électrique, fourni par messieurs Casavant. Outre les travaux d’entretien normaux, l’instrument n’a subi aucune transformation, de telle sorte que l’on peut dire qu’il est le plus ancien sur le territoire de la ville de Saint-Hyacinthe à nous être parvenu tel que construit par Casavant Frères en date de 1901, sous le matricule Opus 149. Les personnes intéressées à entendre cet instrument centenaire pourront assister à un concert en l’église de Sainte-Rosalie, le dimanche 1er avril, dimanche des Rameaux.

image