22 novembre 2018
Samuel Piette donnera le coup d’envoi du Défi futsal primaire
Par: Maxime Prévost Durand
Le Défi futsal primaire, organisé par l’Association Défi futsal et le RSEQ Montérégie, se tiendra les 1er et 2 décembre à Saint-Hyacinthe. Pas moins de 60 équipes seront de la partie encore cette année. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le Défi futsal primaire, organisé par l’Association Défi futsal et le RSEQ Montérégie, se tiendra les 1er et 2 décembre à Saint-Hyacinthe. Pas moins de 60 équipes seront de la partie encore cette année. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Un invité de marque lancera la prochaine édition du Défi futsal primaire. Le milieu de terrain de l’Impact de Montréal Samuel Piette, qui défendait aussi les couleurs du Canada sur la scène internationale cette semaine, donnera le coup d’envoi du tournoi maskoutain le 1er décembre à l’École secondaire Saint-Joseph.

publicité

« Nous avons mis beaucoup d’efforts pour avoir un invité très spécial pour notre match d’ouverture », a souligné Yves Théoret, président de l’Association Défi futsal qui chapeaute le tournoi avec le RSEQ Montérégie. Il faut dire que l’ADF célébrera dans le cadre de ce tournoi son 10e anniversaire, d’où la volonté de faire les choses en grand.

Pas moins de 60 équipes et près de 800 jeunes de la 4e année à la 6e année participeront à ce Défi futsal primaire les 1er et 2 décembre à Saint-Hyacinthe. Des matchs seront disputés sur quatre sites de compétition, soit à l’École secondaire Saint-Joseph, à la Polyvalente Hyacinthe-Delorme, à l’École secondaire Casavant et au Collège Saint-Maurice.

« Au fil des années, le Défi futsal primaire est devenu un événement connu et reconnu à travers la province, a rappelé M. Théoret lors d’un point de presse. C’est une occasion de réunir, pendant un week-end, des jeunes d’un peu partout au Québec afin qu’ils vivent une expérience sportive enrichissante. »

Les équipes seront réparties à travers quatre catégories. Pour les élèves de 5e et 6e année, on retrouvera un volet compétitif masculin, un volet participatif comprenant deux divisions et un volet féminin, tandis qu’un volet festival sera mis en place pour les jeunes de 4e année.

Un grand match d’ouverture sera présenté sur le coup de 13 h le 1er décembre, à l’École secondaire Saint-Joseph, mettant en vedette deux équipes senior. Le FC Saint-Hyacinthe disputera une partie face au Sporting de Montréal, champion du Défi futsal senior et champion canadien en 2017.

De plus, l’entrée est gratuite pour tous durant le tournoi afin d’assister aux matchs.

Pour une deuxième année consécutive, le tandem de Daniel Bégin et Martin Lambert, de Valeurs Mobilières Desjardins, agira à titre de président d’honneur du Défi futsal primaire.

Une décennie de futsal

Il y a maintenant plus de 10 ans que le futsal a pris d’assaut la région maskoutaine grâce à l’initiative de Vincent Cournoyer, fondateur de l’Association Défi futsal (ADF) avec Yannick Raoul et Pierre Sauvé. Depuis, le sport a pris des proportions d’envergure, non seulement ici, mais partout au Québec.

L’ADF se fait d’ailleurs un devoir depuis ses débuts d’aider au développement de cette discipline et de la rendre accessible. « Le sport a connu une croissance fulgurante au Québec et, indirectement, l’Association Défi futsal aura permis la mise en place de ligues locales, régionales et provinciales. De plus, le RSEQ a adopté le futsal en remplacement du soccer en gymnase depuis quelques années », a soutenu Émilie Duquette, animatrice du point de presse annonçant les grandes lignes du prochain Défi futsal primaire.

En plus d’organiser le Défi futsal senior pendant neuf ans, puis le Défi futsal junior devenu le Défi futsal primaire il y a sept ans, l’ADF a remis plus de 125 000 $ dans la communauté. Cette contribution se traduit par de nombreux dons d’équipements dans les écoles de la région ainsi que par des dons monétaires au Fonds d’aide optimiste Douville.

L’ADF a aussi mis sur pied un programme de futsal inclusif, qui célèbre cette année son 5e anniversaire. Pas moins de 125 jeunes atteints d’un trouble du spectre de l’autisme, du syndrome de Down ou qui vivent avec une déficience intellectuelle ou physique ont pu pratiquer ce sport grâce à cette implication.

image