23 mai 2013
Boxe
Sébastien Demers remonte sur le ring à Gatineau
Par: Maxime Prévost Durand
Sébastien Demers est remonté sur le ring pour affronter l'Anglais James Degale au Casino du Lac-Lemay à Gatineau le 17 mai. Il a été défait par K.O. au second round.

Sébastien Demers est remonté sur le ring pour affronter l'Anglais James Degale au Casino du Lac-Lemay à Gatineau le 17 mai. Il a été défait par K.O. au second round.

Sébastien Demers est remonté sur le ring vendredi à Gatineau pour la première fois depuis novembre 2011, alors qu’il avait été défait par décision face à Allan Green au Colisée Pepsi de Québec. Mais attention. « Ce n’est pas un retour, lance-t-il. Je ne me suis jamais retiré. »

Publicité
Activer le son

Double Trouble a affronté pour l’occasion l’Anglais James Degale, un médaillé olympique des Jeux de Pékin en 2008. S’il croyait pouvoir surprendre Degale, c’est plutôt Demers qui s’est fait jouer le tour. Le Maskoutain a mis le genou au sol au 2 e round pour concéder la victoire par K.O. à l’Anglais.

« Je ne me racontais pas d’histoires, je devais affronter un champion olympique à seulement quatre jours d’avis », a affirmé Demers lorsque rejoint par LE COURRIER. Le pugiliste de 33 ans n’a eu que quelques jours afin de se préparer en vue de son combat. « Je m’entraîne encore régulièrement, à Saint-Hyacinthe et à Saint-Hilaire, où j’offre des cours de boxe, donc je suis encore en forme. Je croyais tout de même en mes chances. »Le combat n’a pas débuté comme il l’avait prévu, ce qui l’a sorti de sa zone de confort dès le départ. « Ma stratégie était de le surprendre dès le premier round, mais il est parti tellement fort que je n’ai pas eu le temps de m’installer. J’ai dû me défendre. C’est probablement le meilleur boxeur que j’ai affronté dans ma carrière. »Même s’il a tenté une nouvelle approche pour le second round du combat prévu pour huit rounds, le pugiliste de Saint-Hyacinthe n’a pas été en mesure de renverser la vapeur. Un coup à l’oeil l’a sonné et lui a fait plier les genoux. « J’aurais pu me relever, mais je sentais déjà l’enflure prendre de l’ampleur. Maintenant que je suis papa d’un petit garçon, je veux faire plus attention à ma santé. J’ai décidé de garder le genou au sol pour mettre fin au combat. »

« Ce n’est pas la fin »

Même s’il faut remonter à novembre 2011 pour sa dernière apparition sur un ring avant le saut à Gatineau, cela ne veut pas dire que Demers ne voulait pas boxer, au contraire.

« Au cours des derniers mois, j’ai eu quatre offres pour me battre et elles ont toutes été acceptées, mais chaque fois, le combat tombait à l’eau au final », raconte-t-il. Cette fois, le combat a bel et bien eu lieu, mais le résultat n’a pas été celui souhaité.« Je continue d’être actif, je suis opportuniste. Ce n’est pas la fin, je vais sûrement revenir, laisse entendre le Maskoutain. La prochaine fois, je n’accepterai peut-être pas un combat à la dernière minute par contre. »À 33 ans, Sébastien Demers a disputé vendredi son 37 e combat chez les professionnels. Il présente une fiche 31 victoires (11 par K.O.) et 6 défaites (4 par K.O.). Ses quatre derniers combats se sont soldés par une défaite.

image