20 avril 2017
Semaine d’action des centres de femmes contre l’austérité
Par: Le Courrier

La semaine du 24 au 27 avril, le centre de femmes de la région maskoutaine fera de la sensibilisation dans le cadre de la semaine d’actions des centres de femmes contre l’austérité.

Les femmes souffrent des coupures dans les services publics

Les coupures draconiennes qui ont été faites entre 2014 et 2016 se font ressentir. Elles empêchent, encore aujourd’hui, les femmes d’avoir accès aux services dont elles ont besoin. Partout au Québec, elles ont appauvri les femmes, ont renforcé les rôles sociaux attribués aux femmes, ont diminué l’autonomie économique des femmes, augmenté leur travail invisible en les renvoyant dans la sphère privée. Pour ces raisons, les séquelles des mesures d’austérité se font toujours ressentir. Les préjudices, la contrainte et la privation de liberté, dans la vie publique, comme dans la vie privée, se font encore bien sentir.

Les plasters ne sont pas des remèdes

Ce n’est pas en donnant des bonbons par-ci par-là que le ministre Leitão va réussir à sustenter les services publics qu’il a affamés pendant trois ans. Les coupures ont été si graves qu’elles ont saccagé le filet social québécois et ont ébranlé le système public. Ce ne sont pas quelques millions qui vont changer ça.

Les femmes demandent un réinvestissement massif dans les services publics

Le centre de femmes l’Autonomie en soiE de Saint-Hyacinthe demande au gouvernement du Québec de réinvestir massivement dans les services publics, de manière à offrir des services publics qui répondent réellement aux besoins de la population, particulièrement ceux des femmes. Les surplus budgétaires réalisés à force de coupes dans des services auxquels on a droit, le gouvernement doit les réinvestir dans les services publics!

Notre centre de femmes invite le gouvernement à mettre en œuvre les solutions fiscales développées par la Coalition Main rouge : elles permettraient d’augmenter les revenus annuels du Québec de plus de 10 milliards de dollars. Nous avons les moyens de financer les services publics. 

Le centre de femmes l’Autonomie en soiE de Saint-Hyacinthe

image