12 avril 2012
Solidarité féminine
Par: Le Courrier

Nullement par indifférence, bien au contraire, mais je n’aime pas parler maladie. La maladie, sous toutes ses formes, fait peur, dérange, perturbe la vie au quotidien et sème beaucoup d’anxiété et d’angoisse.

Nullement par indifférence, bien au contraire, mais je n’aime pas parler maladie. La maladie, sous toutes ses formes, fait peur, dérange, perturbe la vie au quotidien et sème beaucoup d’anxiété et d’angoisse.

S’il est une maladie qui envahit le moral, gruge toute énergie, c’est bien le cancer. Il fait frémir. Cet inconnu rôde autour de nous, comme un traître, difficile à assaillir. La médecine et la recherche ont gagné plusieurs combats à ce jour, mais la guerre n’est pas gagnée pour autant, d’autres victoires restent à venir. Les survivants en témoignent tous les jours. Malheureusement, les trop nombreux décès nous laissent toujours perplexes et demeurent souvent sans réponse.Ceci m’amène à parler du Mardi de filles. Plus de 1000 femmes de tous âges se réunissent autour d’une bonne table pour fraterniser, se serrer les coudes et apporter leur support à la lutte contre le cancer. Elles apportent compassion et empathie aux personnes atteintes et endeuillées. Dans un cours en soins palliatifs, un médecin nous disait : « lorsqu’on apprend à une personne qu’elle est atteinte d’un cancer, toute la famille est malade » . Toute la famille vit au rythme du malade et de la maladie. Dès lors, commence une véritable guérilla dont on ne connaît pas l’issue. La solidarité fait la différence dans le combat et le cancer se vit mieux lorsque le malade est bien entouré. Nonobstant tout cela, plusieurs succombent à ses foudres sournoises.Pour une neuvième édition, le Mardi de filles se veut un grand rassemblement dont les profits aideront à supporter la recherche et à vaincre le cancer. Le témoignage d’une survivante ne laissera personne indifférent et sensibilisera davantage à l’importance de la recherche dans cette longue lutte contre tous les cancers.BRAVO à toutes ces femmes qui ont cru à cette activité et qui la supportent depuis ses débuts. -30-

image