9 octobre 2014
Hôtel des Seigneurs
Son bâtisseur Jacques Daigle s’éteint
Par: Jean-Luc Lorry
Les dignitaires rassemblés pour la pelletée de terre lançent les travaux de la tour. M. Daigle est le second à partir de la droite. Photothèque | Le Courrier ©

Les dignitaires rassemblés pour la pelletée de terre lançent les travaux de la tour. M. Daigle est le second à partir de la droite. Photothèque | Le Courrier ©

Les travaux de construction du futur complexe sportif composé de huit terrains de tennis intérieur ont été réalisés en 1983. Ceux-ci seront utilisés occasionnellement pour la tenue de congrès. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe

Les travaux de construction du futur complexe sportif composé de huit terrains de tennis intérieur ont été réalisés en 1983. Ceux-ci seront utilisés occasionnellement pour la tenue de congrès. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe

Le Cowansvillois Jacques Daigle qui a fondé il y a 39 ans l’Auberge des Seigneurs de Saint-Hyacinthe est décédé le 26 septembre à l’âge de 78 ans des suites d’un cancer.

Publicité
Activer le son

Contre vents et marées, cet entrepreneur en construction avait posé la pierre angulaire permettant le développement du tourisme d’affaires à Saint-Hyacinthe en construisant un centre de congrès et d’expositions attenant à l’établissement hôtelier.

En 1975, Jacques Daigle avait acheté avec son cousin Rosaire Daigle un motel construit sur un terrain situé en bordure de l’autoroute transcanadienne.

« Lorsque l’Auberge des Seigneurs a vu le jour, Saint-Hyacinthe n’était plus dans le décor quand il était question du domaine de l’hospitalité. Longueuil et Drummondville étaient les municipalités privilégiées », avait indiqué au COURRIER, M. Daigle en septembre 1988.

Ce motel comprend alors 100 chambres, une salle à manger qui pouvait accommoder 120 personnes, un bar-salon, une salle de réception, trois salles de réunion et 200 cases de stationnement.

En 1980, Jacques Daigle avait fait l’acquisition avec son épouse Carmen Gélineau de l’ensemble des actions. Le couple s’est ensuite consacré à la gestion quotidienne de l’Auberge des Seigneurs.

La première phase d’expansion de l’établissement avait fait surgir de terre en 1983 un complexe sportif incluant huit terrains de tennis intérieur (qui servaient occasionnellement pour la tenue de congrès) ainsi qu’un vaste jardin tropical avec une piscine.

Une tour de treize étages fut construite en 1988 permettant d’augmenter le nombre de chambres à 289 dont 20 suites.

Une tour de treize étages fut construite en 1988 permettant d’augmenter le nombre de chambres à 289 dont 20 suites.

Centre des congrès

Dans les années 80, malgré la crise économique qui sévit au Québec, Jacques Daigle recevait des demandes pour accueillir des congrès entre les murs de son établissement.

« En 1983, le milieu d’affaires maskoutain et la Ville de Saint-Hyacinthe avaient découragé mon oncle de bâtir un centre de congrès », se remémore la nièce de Jacques Daigle, Anne-Marie Charuest.

« Ma famille se souviendra d’un visionnaire. C’était un homme que l’on qualifiait souvent de bulldozer. Il était exigeant avec les gens qui travaillaient avec lui », ajoute celle qui occupe un emploi d’archiviste au Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.

Au printemps 1993 débutèrent les travaux de construction du futur Centre de congrès. Ils représenteront un investissement de l’ordre de 12,5 M$.

« Nous prévoyons que le Centre apportera des retombées additionnelles de 3 à 4 M$ par année à l’Auberge des Seigneurs et de 24 M$ pour toute la région de Saint-Hyacinthe », avait déclaré dans nos colonnes, Jacques Daigle en mai 1993. Le Centre des congrès de l’Auberge des Seigneurs fut inauguré en février 1994.

Ventes successives

En l’espace de presque 20 ans, le complexe hôtelier maskoutain a changé quatre fois de propriétaire.

En raison d’une mésentente avec l’un des actionnaires, Jacques Daigle a vendu ses parts en 1995 à la compagnie américaine North American Trust.

Deux ans plus tard, le groupe hôtelier de fonds commun, Chip Hospitality basé à Vancouver est devenu propriétaire. En 1998, l’Auberge des Seigneurs avait changé de nom pour l’Hôtel Gouverneur avant d’être rebaptisé Hôtel des Seigneurs en 2001.

En 2007, le fonds d’investissement BCIMC qui gère la caisse de retraite des employés de la fonction publique de Colombie-Britannique en a fait l’acquisition et l’a opéré jusqu’au conflit de travail qui a provoqué la fermeture définitive de l’établissement le 22 décembre 2013.

Depuis le mois d’avril, l’Hôtel des Seigneurs est de nouveau entre les mains d’intérêts québécois. La famille Bibeau, également propriétaire des Galeries St-Hyacinthe, s’est portée acquéreur de l’établissement hôtelier.

La partie démolie cet été de l’Hôtel des Seigneurs était le motel original datant de 1975.

image