23 novembre 2017
Elle participera au Championnat du monde senior d’haltérophilie
Tali Darsigny dans la cour des grands
Par: Maxime Prévost Durand
Tali Darsigny vivra son baptême du Championnat du monde senior d’haltérophilie le 29 novembre à Anaheim, en Californie.   Photothèque | Le Courrier ©

Tali Darsigny vivra son baptême du Championnat du monde senior d’haltérophilie le 29 novembre à Anaheim, en Californie. Photothèque | Le Courrier ©

Après trois participations consécutives au Championnat du monde junior d’haltérophilie, Tali Darsigny fera le saut dans la cour des grands le 29 novembre alors qu’elle vivra pour la première fois l’expérience du Championnat du monde senior.

Publicité
Activer le son

L’athlète de 19 ans, de Saint-Simon, avait réussi à se qualifier dans la catégorie des 58 kg lors du championnat canadien senior en mai dernier. Habituée d’être au sommet de sa catégorie au Canada, même chez les seniors, cette nouvelle expérience lui permettra de rivaliser face aux meilleures leveuses de la planète.
« Le calibre est vraiment fort chez les 58 kg. Ça va me permettre de me comparer aux athlètes du plus haut niveau et me donner un meilleur point de référence si je veux me rendre aux Jeux olympiques de 2020 », soutient-elle en entrevue, à moins d’une semaine de la compétition qui se tiendra à Anaheim, en Californie.
Au cours des dernières semaines, la protégée du club La Machine Rouge a réussi ses meilleurs résultats en carrière pour surpasser de nouveau tous les records canadiens qu’elle détenait déjà chez les juniors. Elle y a fait 89 kg à l’arraché, 108 kg à l’épaulé-jeté et 197 kg au total. « C’est vraiment encourageant. J’avais souvent levé ces barres à l’entraînement, mais jamais en compétition. J’espère répéter les mêmes barres et peut-être même un peu plus au Championnat du monde », poursuit-elle.
Pour la première fois de sa carrière, Tali ne sera pas accompagnée par son père (et entraîneur) Yvan Darsigny lors d’une compétition de cette envergure, une situation qui ne semble pas la déstabiliser pour autant. « J’ai été invitée en France cet été pour représenter un club dans un tournoi et mon père n’était pas là. Ça m’a donné une expérience sans mon coach et ça avait bien été. J’avais réussi mes six essais et fait 197 kg de total. »
Tali ne sera pas la seule représentante du club maskoutain à ce grand rendez-vous. Rachel Leblanc-Bazinet, de Saint-Bruno, participera elle aussi à son premier Championnat du monde senior, également chez les 58 kg.
« Il y a à peine un an, c’était irréaliste pour moi de penser que j’allais participer au Championnat du monde », avoue l’haltérophile de 29 ans dans un entretien téléphonique. Membre de La Machine Rouge depuis seulement un an et pratiquant la discipline depuis quatre ans, cette ancienne athlète de crossfit a réussi à se qualifier dans deux catégories, soit chez les 53 kg et chez les 58 kg. Elle a finalement choisi de lever chez les 58 kg, s’évitant ainsi une diète plus stricte.
Rachel n’en sera pas à sa première incursion sur la scène internationale puisqu’elle a participé au championnat panaméricain cet été, où elle avait réalisé un total de 188 kg. « Mon objectif sera de faire le même total qu’au panam, ajoute-t-elle. Le stress commence à embarquer, mais plus les jours avancent, plus je suis en confiance. » 

image