19 novembre 2015
Piaf a 100 ans. Vive la Môme!
Tendre hommage à une grande dame de la chanson
Par: Alice De guise
Piaf a 100 ans. Vive la Môme! sera de passage au Centre des arts Juliette-Lassonde le 28 novembre. Benoit Rousseau ©

Piaf a 100 ans. Vive la Môme! sera de passage au Centre des arts Juliette-Lassonde le 28 novembre. Benoit Rousseau ©

Florence K, Sylvie Moreau, Betty Bonifassi, Marie-Thérèse Fortin, Daniel Lavoie ainsi que Yann Perreau rendent hommage à Édith Piaf avec le spectacle Piaf a 100 ans. Vive la môme! Benoit Rousseau ©

Florence K, Sylvie Moreau, Betty Bonifassi, Marie-Thérèse Fortin, Daniel Lavoie ainsi que Yann Perreau rendent hommage à Édith Piaf avec le spectacle Piaf a 100 ans. Vive la môme! Benoit Rousseau ©

Édith Piaf aurait eu 100 ans en décembre si elle n’était pas décédée à l’âge de 47 ans en 1963. Avec le spectacle, Piaf a 100 ans. Vive la Môme!, Yann Perreau souhaite rendre hommage à ce ­monument de la chanson.

Publicité
Activer le son

La distribution du spectacle est plutôt impressionnante. Parmi les interprètes on retrouve Florence K, Sylvie ­Moreau, Betty Bonifassi, Marie-Thérèse Fortin, Daniel Lavoie ainsi que Yann ­Perreau. Chacun s’est vu attribuer environ quatre chansons de Piaf. L’objectif ­derrière le spectacle n’est pas de faire une copie de Piaf, mais bien de célébrer son talent et l’ensemble de son oeuvre.

« C’est vraiment un beau spectacle, ce n’est pas qu’un simple enchaînement ­d’interprétations. On retrouve de la ­théâtralité surtout grâce à Marie-Thérèse Fortin qui agit en tant que narratrice en campant le personnage de Momone ­(Simone ­Berteaut). Piaf est racontée sur scène puisque la narration est basée sur ­plusieurs ­segments des biographies de l’artiste. On veut que les spectateurs ­s’imprègnent de son univers. Le spectacle se situe dans un cabaret de Paris à la fin des années 40. Nous arrivons à créer une ­magnifique atmosphère puisque les comédiens restent sur scène pendant toute la durée du spectacle », explique ­Florence K. C’est connu, Édith Piaf a eu une vie difficile. Néanmoins, elle fut une grande amoureuse de la vie. Piaf dira toute sa vie durant que l’amour triomphe de tout et que plus on éprouve de la souffrance, plus on éprouve de la joie. Une sélection de 25 chansons a été faite avec l’aide d’Yves Desrosiers.

C’est connu, Édith Piaf a eu une vie difficile. Néanmoins, elle fut une grande amoureuse de la vie. Piaf dira toute sa vie durant que l’amour triomphe de tout et que plus on éprouve de la souffrance, plus on éprouve de la joie.

Une sélection de 25 chansons a été faite avec l’aide d’Yves Desrosiers.

« C’était très important pour nous de commémorer les arrangements du temps de Piaf. Nous avons gardé les mêmes lignes mélodiques. C’est un hommage aux ­compositeurs qui l’ont suivie durant sa ­carrière. À cinq musiciens, je crois sincèrement que nous arrivons à recréer le son des orchestres d’autrefois. Nous sommes ­arrivés à un beau résultat », souligne Yves Desrosiers, directeur musical.Les deux hommes ont apporté une ­attention toute particulière à la distribution des chansons. Ils souhaitaient que les chansons soient en partie choisies par leurs interprètes. Ainsi, il leur a été ­possible d’explorer plusieurs thématiques et donc de ne pas être cloisonné dans un seul registre de chanson. Les choix ont donc été faits de façon plus instinctive. Même si l’univers de Piaf est souvent grave et tragique, le spectacle est loin de l’être.« On retrouve vraiment tous les types de chansons qu’elle a pu faire durant sa courte vie, des plus ludiques aux plus sombres. Le spectacle est empreint de tendresse. Nous sommes rassemblés pour lui dire qu’elle nous manque. Nous voulons revivre cette époque où la ­musique et l’art en général étaient très prolifiques », précise Florence K.Depuis deux ans, Florence K est officiellement remise de l’épisode dépressif ­majeur vécu il y a de ça quatre ans. Après deux ans de travail sur le bonheur et la ­publication de son roman Buena Vida, la chanteuse va très bien. « La musique ne me passionnait plus comme avant. J’ai entrepris des études en psychologie. Je me suis donc concentrée sur celles-ci. Puis, j’ai été approchée pour Piaf a 100 ans. Vive la Môme! C’est lorsque, pour la première fois aux Francofolies, j’ai interprété ses chansons que j’ai eu ma confirmation. La musique est ­réellement ma passion. J’ai vécu un état de grâce ce soir-là », soutient-elle. Faites place à l’univers de Piaf et laissez-vous bercer par l’hymne à l’amour de la vie de cette grande dame le 28 ­novembre au Centre des arts Juliette-­Lassonde.

Les deux hommes ont apporté une ­attention toute particulière à la distribution des chansons. Ils souhaitaient que les chansons soient en partie choisies par leurs interprètes. Ainsi, il leur a été ­possible d’explorer plusieurs thématiques et donc de ne pas être cloisonné dans un seul registre de chanson. Les choix ont donc été faits de façon plus instinctive. Même si l’univers de Piaf est souvent grave et tragique, le spectacle est loin de l’être.

« On retrouve vraiment tous les types de chansons qu’elle a pu faire durant sa courte vie, des plus ludiques aux plus sombres. Le spectacle est empreint de tendresse. Nous sommes rassemblés pour lui dire qu’elle nous manque. Nous voulons revivre cette époque où la ­musique et l’art en général étaient très prolifiques », précise Florence K.

Depuis deux ans, Florence K est officiellement remise de l’épisode dépressif ­majeur vécu il y a de ça quatre ans. Après deux ans de travail sur le bonheur et la ­publication de son roman Buena Vida, la chanteuse va très bien.

« La musique ne me passionnait plus comme avant. J’ai entrepris des études en psychologie. Je me suis donc concentrée sur celles-ci. Puis, j’ai été approchée pour Piaf a 100 ans. Vive la Môme! C’est lorsque, pour la première fois aux Francofolies, j’ai interprété ses chansons que j’ai eu ma confirmation. La musique est ­réellement ma passion. J’ai vécu un état de grâce ce soir-là », soutient-elle.

Faites place à l’univers de Piaf et laissez-vous bercer par l’hymne à l’amour de la vie de cette grande dame le 28 ­novembre au Centre des arts Juliette-­Lassonde.

image