25 avril 2019
Course de l’espoir à Sorel-Tracy
Un beau geste accompagné d’un record Guinness pour Julien Pinsonneault
Par: Jean-Philippe Morin

Julien Pinsonneault a battu un record Guinness de 10 minutes au demi-marathon en course partagée de la Course de l’espoir, le 14 avril à Sorel-Tracy, avec son acolyte Charles-Olivier Gauvin. Photo Monique Laliberté | Le Courrier ©

Julien Pinsonneault a non seulement battu une marque inscrite dans le livre des records Guinness le 14 avril à la Course de l’espoir organisée à Sorel-Tracy, mais il a aussi rendu heureux un adolescent.

publicité

Le jeune homme de 26 ans, de Saint-Hyacinthe, a réalisé un temps d’une heure, 20 minutes et 31 secondes pour le demi-marathon de 21,1 km. Ce qui est spécial, c’est qu’il le faisait en course partagée, c’est-à-dire qu’il poussait le fauteuil de son acolyte Charles-Olivier Gauvin, qui a une déficience intellectuelle légère. Le précédent temps de référence pour ce type de demi-marathon était établi par Sébastien Roulier en une heure, 30 minutes et 37 secondes.

« Il faut dire que ce n’était pas facile à Sorel-Tracy un 14 avril avec la glace et la neige à certains endroits ainsi que les vents près du fleuve, mais il n’y avait pas beaucoup de pentes, ce qui est avantageux quand on pousse quelqu’un », souligne Julien Pinsonneault.

Toutefois, le record n’a pas été homologué à Sorel-Tracy. Maintenant qu’il a devancé son ami d’une dizaine de minutes, le Maskoutain espère refaire une course plus tard cet été et enregistrer officiellement son record dans le grand livre.

« Je participais déjà à des courses partagées à Sherbrooke chaque mercredi, relate Julien. J’ai déjà tenté l’expérience en poussant mon grand-père âgé de 90 ans. Puis, quand j’ai su que je pouvais peut-être battre un record, je me suis dit : pourquoi pas? »

C’est alors qu’il a pensé à Charles-Olivier Gauvin, un jeune qu’il a côtoyé alors qu’il était moniteur et coordonnateur dans un camp de jour.

« Ça fait huit ans que je le connais. Je me suis attaché à lui. Il a un sourire contagieux. J’ai continué à le voir après le camp de jour. Il y a des gens, comme lui, qui n’ont pas la chance de pouvoir vivre la course à pied en raison d’un handicap. Mais là, il vivait les mêmes émotions que moi, en même temps. Il a pleuré de joie, c’était très beau à voir quand il a reçu sa médaille », souligne l’athlète.

Pour homologuer son record, Julien Pinsonneault prévoit prendre part au demi-marathon Bonneville de Lachine ou à celui de Longueuil plus tard cette année. D’ici là, il prendra notamment le départ du Défi Gérard-Côté le 12 mai à Saint-Hyacinthe.

image