5 mars 2020
Urbanisme
Un cadre pour le développement à Saint-Hyacinthe
Par: Rémi Léonard

L’un des terrains identifiés par la Ville pour accueillir éventuellement un projet immobilier, dans ce cas-ci le Quartier M, du Groupe Robin. Notre photo montre la partie destinée aux activités commerciales, qui n’est pas incluse dans la première phase du projet. Photothèque | Le Courrier ©

Pour guider les nouveaux développements immobiliers à venir à Saint-Hyacinthe, la Ville a adopté en octobre un règlement qui vient encadrer plusieurs terrains stratégiques par un nouveau plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) nommé « les projets de développement et redéveloppement durables ».

Publicité
Activer le son

L’idée est de soumettre ces secteurs appelés à être requalifiés à de nouvelles normes axées sur le développement durable et une certaine densification, avait alors expliqué la directrice générale adjointe de la Municipalité, Chantal Frigon. Il s’agit en quelque sorte d’une façon d’étendre la vision développée au cœur de la ville avec l’aire d’affectation « centre-ville riveraine » au reste du territoire, a-t-elle reconnu.

Neuf zones sont identifiées au PIIA, la plupart des terrains vagues comme l’emplacement du Quartier M, mentionné dans le texte en page 6, la continuité du projet Le Visio 2, sur le terrain des Machineries St-Amant, l’ancien terrain de golf La Providence, où doit éventuellement s’étendre le Domaine sur le Vert, un secteur au nord du Havre des Dominicains, près de l’actuel chantier du tunnel Casavant, les alentours du Rapide-Plat, où le projet de Gestion Bazinet et Morin est déjà démarré, un terrain libre situé près de la voie ferrée entre les avenues Raymond et Sainte-Catherine, le carré Albany-Tétrault, où le projet le Havre Laurier doit succéder au défunt Quartier des Pins, et l’un des derniers terrains non agricoles non bâtis à La Providence, entre les rues Saint-Charles et Sainte-Madeleine.

Comme cas plus particuliers, on a aussi inclus le terrain des Encans de la ferme ainsi que l’espace vert qui s’étend derrière le Collège Saint-Maurice. Interpellé par LE COURRIER, le conseil du secteur, David Bousquet, a assuré qu’il ne s’agissait pas là d’un signal comme quoi ce terrain est appelé à être développé. Il appartient d’ailleurs toujours aux Sœurs de la Présentation de Marie. En même temps, si un promoteur devait s’y intéresser un jour, l’encadrement serait plus serré avec ce PIIA, a-t-il plaidé, tout en se disant ouvert à opter pour la préservation de cet espace vert.

image