13 octobre 2011
« Un dédommagement ridicule »
Par: Jean-Luc Lorry

Yvonne Bourgeois ne décolère pas depuis qu’elle a appris que le CSSS Richelieu-Yamaska versera seulement 1 M$ aux victimes de la bactérie C. difficile dont elle fait partie.

À titre de belle-fille de l’un des 16 patients décédés en 2006 à l’Hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe des suites du C. difficile, une somme maximale de 5 000 $ sera versée aux enfants. Un montant qu’Yvonne Bourgeois devra en plus partager avec quatre autres membres de sa famille.

« C’est une somme ridicule. Ce montant ne couvre même pas le coût des funérailles de ma belle-mère », rétorque Mme Bourgeois en entrevue au COURRIER.Au cabinet de Me Jean-Pierre Ménard, l’avocat qui pilote le dossier du recours collectif contre l’établissement de santé, on lui a répondu que le montant octroyé par le CSSS Richelieu-Yamaska était « symbolique ».« Je m’attendais à recevoir 20 000 $. À aucun moment, je n’ai été informée des montants négociés entre les parties. Avoir su, je n’aurais jamais accepté qu’une entente de règlement soit signée. Le dédommagement offert par le CSSS Richelieu-Yamaska est ridicule », dénonce Mme Bourgeois.Même si elle espérait que le centre de santé soit plus généreux envers les victimes, Mme Bourgeois avait déclaré dans une précédente édition que le CSSS Richelieu-Yamaska avait pris la meilleure décision en concluant une entente à l’amiable.

image