24 janvier 2013
Encore des cendres
Un duplex perte totale par un froid glacial
Par: Maxime Prévost Durand

Tout indique que des cendres mal disposées dans un bac est à l’origine du violent incendie qui a fait rage dans un duplex de la rue des Samares lundi matin à Saint-Hyacinthe. Tous les locataires ont pu évacuer l’endroit, déclaré perte totale après l’intervention des pompiers.

L’important panache de fumée était visible de loin le 21 janvier au matin. Le brasier s’est déclenché vers 8 h 40 en matinée entre les avenues Kérouack et Nault, sur la rue des Samares, à la même hauteur que le Collège Saint-Maurice, se trouvant sur la rue Girouard Ouest. Le feu n’a pas mis de temps à se propager au mur extérieur du duplex.

« Un appel a été logé pour un feu de cheminée, mentionne Caroline Nadeau du service des communications de la Ville de Saint-Hyacinthe. Arrivés sur place, les pompiers ont immédiatement constaté que le feu était plutôt sur le mur extérieur de la résidence. »L’intensité du feu a forcé le Service des incendies de Saint-Hyacinthe à demander des renforts aux municipalités environnantes. Au total, sept autres municipalités ont collaboré à maîtriser le brasier, soit Saint-Pie, Saint-Dominique, Saint-Hugues, Saint-Jude, Sainte-Madeleine, Saint-Valérien et Saint-Simon. Les rues environnantes (Kérouack et Nault) ont été fermées tout au long de l’intervention, de même que la rue Girouard durant un long moment.Au cours de leur intervention, les pompiers ont craint que le mur arrière du duplex ne cède, là où le feu a pris naissance. Les vents ont fait tourbillonner la fumée qui changeait constamment de direction, s’étendant sur quelques mètres par moment dans le voisinage. Heureusement, le travail des pompiers a été efficace afin de sauver la résidence voisine.Les nombreux sapeurs ont combattu l’incendie durant près de quatre longues heures avant de le maîtriser pour de bon. En milieu d’après-midi, une quinzaine de pompiers étaient toujours sur place afin de procéder à un grand nettoyage et récupérer des effets personnels qui ont pu être épargnés par tout ce branle-bas de combat.Les familles touchées par cet incendie ont été prises en charge par la Croix-Rouge et des proches. Les dommages ont été estimés à 350 000 $, indique Mme Nadeau.

La prévention ne suffit pas

Du côté du Bureau de prévention du Service de sécurité des incendies de Saint-Hyacinthe, on constate que le message ne passe pas au sujet des cendres. Cet incendie est en effet le troisième en trois mois à mettre en cause des cendres déposées dans un bac de façon inappropriée.

« C’est un problème qui revient toujours, indique Isabelle Gagnon, inspectrice/enquêteuse au Bureau de prévention. On peut faire et refaire de la sensibilisation et des publicités, il n’y en a jamais assez. Pour les trois incendies en question, les dommages s’élèvent à près de 1 million de dollars au total. »Mme Gagnon rappelle qu’il faut attendre au moins 72 h avant de mettre les cendres dans le bac brun prévu à cet effet ou dans la poubelle. « Il faut d’abord placer les cendres dans une chaudière métallique, avec un couvercle métallique, et préférablement la déposer au milieu de la cour arrière, loin de la maison. Après ces premières 72 h, vérifier si les cendres sont bel et bien froides avant de les mettre dans le bac brun. Si ce n’est pas le cas, il faut les laisser dans le seau en métal. »Laisser les cendres dans le foyer ne représente pas non plus une solution puisqu’elles produisent du monoxyde de carbone, un gaz qui peut avoir des répercussions graves sur la santé. « Il est essentiel de se munir d’un détecteur de monoxyde de carbone dans la maison, en plus de compter un avertisseur de fumée sur chaque étage à moins de cinq mètres des chambres », conclut-elle.

image