15 juin 2017
Un éléphant blanc
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

On nous rabâche les oreilles à qui mieux mieux : « Saint-Hyacinthe Technopole, projet structurant, revitalisation du centre-ville, densification et opportunité d’affaires »… Saint-Hyacinthe, c’est d’abord sa population, TOUTE sa population, y compris celle qu’on ne retrouve pas aux jolies soirées bien habillées du Centre des arts Juliette-Lassonde où la Ville expose son beau projet déjà canné. 

On prévoit 650 nouvelles unités de logement « de luxe » dans le secteur Centre-ville, dernier refuge des moins bien nantis. Que pensez-vous que ça va faire? Et hop le prix des logements et sous le pont les locataires! On prépare la gentrification du centre-ville avec tous les problèmes qui en découlent pour offrir au privé des occasions en or sonnant. 

On se lave les mains avec la promesse de quarante appartements : une peanut qui ne remplacera jamais les cinq blocs que l’on rase et les factures qui vont grimper dans tous les logements actuellement abordables.

On se vante de l’OMH, bravo, mais ce n’est pas la panacée. Les critères sont stricts et l’attente, de quatre ans. La municipalité n’a-t-elle jamais envisagé à tout le moins la possibilité d’imposer à chacun des nouveaux projets d’inclure un pourcentage obligatoire de logements subventionnés? La fameuse « mixité sociale », ça ne passe pas par des ghettos de part et d’autre des classes sociales. 

Et puis les vieux, même s’ils sautent en parachute, ça vieillit vite! Je vous prédis d’ici dix ans un sérieux bouchon pour les baby-boomers semi-autonomes en recherche de logement. 

Quant à ceux qui de surcroît sont pauvres… vous feriez bien de prévoir des abris sur la nouvelle promenade!

image