18 avril 2013
Compteurs d'eau
Un fournisseur fustige la Ville
Par: Le Courrier

Un fournisseur et gestionnaire de compteurs d’eau dont la soumission a été écartée par la Ville de Saint-Hyacinthe n’a pas mâché ses mots lundi pour exprimer son mécontentement devant les élus municipaux.

« Dans le dossier des compteurs d’eau, le conseil a dormi au gaz », a soutenu François Lecomte, propriétaire de la firme Bernier Lecomte, de Saint-Hyacinthe.

La Ville de Saint-Hyacinthe avait procédé par appel d’offres en novembre 2012 pour obtenir des propositions concernant la fourniture, l’installation, l’entretien, la réparation, le remplacement et la lecture des compteurs d’eau sur le territoire de la ville de Saint-Hyacinthe, plus précisément dans les secteurs non résidentiels.Le contrat de trois ans a finalement été accordé le 2 avril à la firme Compteur d’eau du Québec, de Saint-Jean-sur-Richelieu, dont l’offre a été jugée la soumission conforme la plus basse. II s’agit d’un contrat au montant de 143 505 $ qui pourra être allongé de deux autres années à un prix de 106 383 $, de sorte qu’il pourrait se chiffrer à 249 889 $, au total. Répondant à M. Lecomte, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier, a soutenu que le conseil avait étudié la question à trois ou quatre rencontres de travail avant de prendre une décision. Il lui a rappelé que son entreprise n’avait pas indiqué de prix pour le module de radiofréquence pour la lecture du compteur à distance, par radiofréquence -, ce qui avait obligé la municipalité à écarter sa soumission.Mais M. Lecomte a rétorqué que la Ville aurait très bien pu demander au ministère des Affaires municipales l’autorisation de retirer cet item de l’appel d’offres, ce qui lui aurait donné l’opportunité d’octroyer le contrat à un fournisseur local. « Si le volet 6 (de l’appel d’offres) avait été enlevé, je devenais le plus bas soumissionnaire conforme », a-t-il lancé, laissant aussi entendre que les fonctionnaires avaient été malhonnêtes envers sa firme dans le dossier.Le conseiller du district Sainte-Rosalie, Donald Côté, a soutenu que le conseil s’était vraiment retrouvé coincé avec la question des lecteurs de compteurs, mais qu’à l’ère moderne, la lecture optique était devenue un élément incontournable. « J’image que ça fait partie de la game », a ironisé M. Lecomte. « La game, selon moi, elle a été correctement jouée », a répliqué Donald Côté.M. Lecomte a finalement tourné les talons, mais pas avant de saluer le maire Bernier, à sa façon. « Bonne retraite, monsieur le maire. Vous êtes rendus-là », a-t-il laissé tomber en quittant le micro.Un peu plus tard, le conseiller du district La Providence, Bernard Barré, a lui aussi insisté sur le fait que le conseil avait été obligé de trancher comme il l’a fait. « Tout le monde aurait souhaité donner le contrat à un « local ». (…) Si on avait eu la moindre chance d’agir autrement, on l’aurait fait », a-t-il renchéri.

image