9 janvier 2020
Un hommage qui fait chaud au cœur
Par: Maxime Prévost Durand

Les ex-hockeyeurs maskoutains Claude Saint-Sauveur et Jean Bernier ont reçu un vibrant hommage lors de l’ouverture officielle du tournoi pee-wee. Photo François Larivière | Le Courrier ©

En ouverture du Tournoi de hockey pee-wee de Saint-Hyacinthe, une cérémonie sous le signe de la reconnaissance s’est tenue afin d’honorer les anciens joueurs Claude Saint-Sauveur et Jean Bernier, deux Maskoutains qui ont fait leur chemin jusqu’aux rangs professionnels dans les années 1970 après avoir joué leur hockey mineur à Saint-Hyacinthe.

publicité

« Quand Lucien [Beauregard, le président du TPWSH] m’a contacté pour cette cérémonie, je l’ai reçu avec étonnement, comme une surprise, une agréable surprise! Ça vient chercher au cœur, a souligné Jean Bernier au COURRIER. Je n’avais jamais reçu un honneur comme ça. »

Pour l’occasion, une plaque souvenir leur a été remise, de même qu’un chandail aux couleurs des Mousquetaires de Saint-Hyacinthe avec le numéro qu’ils ont porté chez les professionnels, soit le #24 que Jean Bernier avait avec les Nordiques de Québec et le #11 que Claude Saint-Sauveur avait avec les Flames d’Atlanta.

M. Saint-Sauveur, qui avait célébré son 68e anniversaire de naissance la veille, était ravi que cette cérémonie souligne à la fois leur parcours chez les professionnels et leur cheminement dans le hockey mineur maskoutain.

« Les années dans le hockey mineur ont été aussi mémorables que celles de ma carrière professionnelle, a-t-il affirmé. C’est une période dont on se souvient tout le temps, avec les différentes catégories dans lesquelles on a évolué et les amis qu’on s’est faits. »

Malgré les deux ans qui les séparent, les deux ex-hockeyeurs s’étaient connus dès leur plus jeune âge grâce à leur sport et ils se sont suivis durant tout leur cheminement. L’hommage leur a permis de renouer le temps d’une soirée. « On s’est remémoré plein de souvenirs, a mentionné Jean Bernier. C’était de belles retrouvailles. On ne se côtoie plus si souvent. »

Tous deux auraient bien aimé vivre ce moment avec un autre pionnier du hockey maskoutain, le regretté Michel Archambault, qui avait lui aussi fait son chemin jusque chez les pros à la même époque. Une volonté qui était d’ailleurs partagée par l’organisation du tournoi.

« J’ai eu l’occasion de jouer avec lui et on avait beaucoup de plaisir ensemble. C’est dommage qu’il ne soit plus des nôtres », s’est désolé M. Bernier.

C’était la première fois qu’un tel hommage visant à reconnaître le parcours de hockeyeurs maskoutains était présenté dans le cadre du tournoi pee-wee.

image