21 avril 2016
Un magicien de Saint-Hyacinthe dans la cour des grands
Par: Rémi Léonard
Un magicien de Saint-Hyacinthe dans la cour des grands

Un magicien de Saint-Hyacinthe dans la cour des grands

Le Maskoutain Pierre-Alexandre Viens tentera de décrocher le titre de champion canadien de la magie ce vendredi lors d’un numéro qu’il présentera au Capitole de Québec.

publicité

En lice dans la catégorie magie de scène, 18 ans et plus, du concours international de magie Michel Cailloux, il se mesurera aux huit autres finalistes qui se succéderont lors d’un spectacle pendant le Festival de magie de Québec, qui durera toute la fin de semaine.

Déterminé à se faire remarquer, Pierre-Alexandre s’entraîne à raison de trois heures par jour spécifiquement pour l’occasion. Le magicien a planifié un numéro bien rempli, riche en rebondissements et à la finale époustouflante où il promet l’exécution d’une grande ­illusion. Il pourra compter sur son jeune assistant de 10 ans, Colin Vanasse, pour lui donner un coup de main.

Pierre-Alexandre « vit littéralement un rêve » avec cette compétition. « J’apprenais des tours de Marc Trudel quand j’étais jeune, et là je vais pouvoir me battre contre lui », évoque-t-il. Son aventure à Québec lui permettra également de ­parfaire ses techniques grâce à des ­ateliers donnés par d’ex-champions de magie durant le festival. L’an dernier, l’événement avait attiré 12 000 personnes, mais le Festival de magie de Québec ­tentera pour sa 4e édition de s’ouvrir au grand public et attirer encore plus les foules, notamment grâce à son porte-­parole Luc Langevin et d’autres magiciens de calibre international.

Les doigts magiques

Pierre-Alexandre Viens est aussi musicien multi-instrumentiste. Sa dextérité lui a donné une longueur d’avance lorsqu’il a commencé, croit-il. C’était en 2012, alors qu’il était étudiant au Cégep de Saint-­Hyacinthe. Quand la grève a paralysé l’établissement pendant de longs mois, il s’est retrouvé avec du temps libre pour se consacrer à la magie. « Quand j’ai appris mon premier tour, c’était tout un accomplissement. Ça a allumé quelque chose et j’ai voulu continuer », dit celui qui vit aujourd’hui de la combinaison de la musique et de la magie. En plus de donner des spectacles des deux types, il enseigne aussi la guitare à l’école l’Avant-Scène à Saint-Hyacinthe.

Le jeune homme de 25 ans allie donc ­évidemment la musique à ses tours de passe-passe. Son style incorpore aussi un aspect comique et il tente d’inclure le plus possible le public dans ses numéros. « Plus les gens se sentent impliqués, plus ils apprécient le spectacle », pense le ­magicien qui s’intéresse d’ailleurs à la psychologie et à l’hypnose.

Une bonne impression au Capitole lui procurerait de la visibilité, d’autant plus que les meilleurs de chaque catégorie pourront se produire le vendredi soir au gala des gagnants. Le champion pourrait aussi mériter jusqu’à 2 500 $ en bourse. Un coup de pouce que le magicien de Saint-Hyacinthe aimerait bien recevoir pour l’aider à planifier son voyage à Las Vegas, la Mecque du divertissement, incluant les spectacles de magie. Ce sera une occasion pour lui de rencontrer et de voir travailler les meilleurs ­magiciens et ainsi continuer à apprendre les ficelles du métier.

image