22 novembre 2012
Campagne Dans la marge jusqu’au cou!
Un oui massif au retour du cours d’éducation économique
Par: Le Courrier

Près de neuf Québécois sur 10 seraient d’accord à ce qu’un cours d’économie, comprenant des notions d’éducation financière, devienne obligatoire pour les élèves du niveau secondaire.

publicité

C’est ce que révèle un sondage commandé par la Coalition des associations de consommateurs du Québec (CACQ) dans le cadre de la campagne de sensibilisation au crédit et à l’endettement Dans la marge jusqu’au cou! qui se déroulera du 19 au 24 novembre.

Pour le coordonnateur de l’ACEF Montérégie-est, Roger Lafrance, le résultat de ce sondage confirme que le retrait des cours d’éducation économique en 5e secondaire, effectué il y a quelques années, a été une erreur. « On le constate chaque jour : la plupart des jeunes ont peu de notions face au budget et à l’endettement. Ils connaissent peu le fonctionnement des cartes de crédit ni les conséquences des dettes impayées sur leur dossier de crédit. On rencontre beaucoup de jeunes qui ont déjà de très mauvais dossiers de crédit, ce qui les handicapera durant de nombreuses années. » Selon cette enquête menée auprès de 1 000 répondants à l’été 2012, près de trois Québécois sur quatre partagent l’opinion que les institutions financières favorisent l’endettement en accordant trop facilement du crédit et des prêts hypothécaires. « Il est devenu facile d’obtenir une carte de crédit ou d’acheter des meubles ou des appareils électroniques à crédit, souligne M. Lafrance. On aimerait que les entreprises de crédit évaluent la capacité de rembourser des gens avant d’accorder du crédit. » Selon Statistiques Canada, l’endettement a atteint un sommet de 163 % du revenu net des ménages en 2012. Cette année, la campagne Dans la marge jusqu’au cou! vise à sensibiliser non seulement les consommateurs, mais aussi les gouvernements et les institutions financières par rapport à leur part de responsabilité dans l’endettement actuel des ménages. « Oui, le consommateur demeure responsable de ses décisions d’acheter à crédit, mais l’État a la responsabilité d’éduquer et de protéger les consommateurs, précise M. Lafrance. Quant à nous, les institutions financières ont aussi la responsabilité de ne pas surendetter les consommateurs en vérifiant de manière rigoureuse leur capacité de remboursement. » L’ancien gouvernement libéral avait déposé un projet de loi afin de moderniser les clauses portant sur le crédit de la Loi de protection du consommateur. Malheureusement, le projet de loi 24 est mort au feuilleton avec le déclenchement des élections. Il prévoyait entre autres de forcer les émetteurs de crédit à prendre en considération la situation financière des emprunteurs avant d’accorder du crédit, de hausser le paiement minimum sur les cartes de crédit à 5 % et d’interdire l’accès au crédit aux mineurs. « Nous espérons que le gouvernement Marois reprendra le projet de loi, déclare M. Lafrance. Ces changements sont réclamés depuis de nombreuses années par les associations de consommateurs. » Notons enfin que le grand public est invité à s’inscrire au Défi Crédit en allant sur le site web www.danslamargejusquaucou.com et à participer aux diverses activités offertes. Si vous vivez des problèmes d’endettement, n’hésitez pas à communiquer avec l’ACEF au 450 375-1443 pour la région de Granby ou au 450 252-0808 pour la région de Saint-Hyacinthe. -30-

image