18 janvier 2018
entre les lignes
Un palais qui en arrache
Par: Le Courrier

On savait déjà que le palais de justice de Saint-Hyacinthe était dans un bien piètre état général avec un niveau de vétusté documenté et dénoncé de la part de ceux qui y travaillent ou le fréquentent régulièrement. Nous avions d’ailleurs produit un diagnostic inquiétant de l’état des lieux en décembre 2016.

publicité

Ce n’est pas pour rien que, depuis nombre d’années, un projet d’agrandissement et de modernisation estimé à 53 M$ progresse à pas de tortue à Québec.
Le récent jugement ordonnant l’arrêt des procédures contre les trois présumés complices d’un délit de fuite mortel survenu à Saint-Jude en novembre 2011 révèle aux non-initiés que les problèmes ne se limitent pas uniquement à la structure.
Un mal beaucoup plus préoccupant sévit à l’intérieur au niveau du délai des procédures judiciaires en général. Il se manifeste par un manque de juges et de salles d’audience, donc par des disponibilités restreintes pour entendre toutes les affaires judiciaires.
Le jugement rendu par le juge Marc-Nicolas Foucault de la Cour du Québec aborde de front cette réalité locale. « Quant aux problèmes de délais institutionnels dans le district, le Tribunal constate ce que tout le monde sait. Il y a des problèmes à ce niveau dans le district de Saint-Hyacinthe… [un] district confronté à des délais importants.»
On retiendra donc qu’une importante mise à niveau est nécessaire autant à l’extérieur qu’à l’intérieur du palais de justice. C’est même assez urgent.
Si tout le monde est bien au fait des délais institutionnels du district de Saint-Hyacinthe, comme le dit si bien le juge Foucault, on se demande bien ce qu’attend le ministère de la Justice pour intervenir et donner un sérieux coup de barre. De toute évidence, ce laisser-aller n’est pas sans conséquence.
Notre palais de justice doit être rénové de fond en comble. Pour le bien de la justice et des Maskoutains, j’aimerais que des gens aussi respectés que les juges Morier et Robert laissent de côté leur devoir de réserve et nous donnent leur point de vue sur les maux qui rongent notre palais de justice de l’intérieur.

image