5 décembre 2013
Campagne de financement
Un peu d’appui au Trait d’Union Montérégien
Par: Le Courrier
Les organisateurs de l'activité <em>Jazz ta vie pour un ami</em> promettent une soirée toute en musique le 17 janvier. Dans l'ordre habituel, en haut : Sylvie Tétreault, coordonnatrice du Trait d'Union Montérégien; Marie-Claude Morin, porte-parole de l'organisme; Steve Tétreault, président de l'organisme. En bas : Jocelyne Beaudoin, groupe <em>Vintage</em>; Dave Ruel et Linda Picard, membres du comité de financement.

Les organisateurs de l'activité Jazz ta vie pour un ami promettent une soirée toute en musique le 17 janvier. Dans l'ordre habituel, en haut : Sylvie Tétreault, coordonnatrice du Trait d'Union Montérégien; Marie-Claude Morin, porte-parole de l'organisme; Steve Tétreault, président de l'organisme. En bas : Jocelyne Beaudoin, groupe Vintage; Dave Ruel et Linda Picard, membres du comité de financement.

Depuis 12 ans, le Trait d’Union Montérégien oeuvre auprès des personnes vivant avec des difficultés émotionnelles afin de les sortir de l’isolement par le biais d’une relation d’amitié. L’organisme lance sa campagne de financement pour 2014 avec la soirée Jazz ta vie pour un ami pour pallier un manque de ressources financières.

« Actuellement, le Trait d’Union survit avec un budget annuel de 104 000 $, une somme nettement insuffisante si l’on veut répondre adéquatement à la demande du bassin de population de la MRC des Maskoutains et d’Acton », explique Sylvie Tétreault, coordonnatrice de l’organisme.

En effet, c’est d’un montant de 250 000 $ qu’aurait besoin le Trait d’union pour faciliter le recrutement de bénévoles et ainsi desservir le plus de personnes possible sur l’ensemble du territoire. Les 35 personnes qui sont actuellement jumelées représentent seulement 50 pour cent de la demande traitée puisque 35 personnes sont toujours en attente de jumelage.Sylvie Tétreault souligne également que le financement accordé par le programme de soutien aux organismes communautaires du ministère de la Santé et des Services sociaux n’est pas ajusté en fonction de l’augmentation du coût de la vie, de sorte que l’organisme s’appauvrit avec les années.« En plus d’un manque de financement, on remarque clairement qu’en 2012, l’organisme a connu une diminution du nombre d’inscriptions de nouveaux bénévoles, fait-elle observer. Heureusement, différentes communautés religieuses, fondations et donateurs privés reconnaissent l’importance du parrainage en santé mentale et nous aident à réaliser notre mission. »« L’exclusion sociale nuit au rétablissement des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et des personnes âgées. La conséquence directe du manque de soutien auprès de ces personnes signifie que c’est le système public qui devra s’en occuper. Chaque personne non prise en charge par notre organisme coûtera donc plus cher à l’État. »

Spectacle-bénéfice

Deux groupes originaires de la région se produiront en prestation le 17 janvier au Zaricot à compter de 20 h. La chanteuse maskoutaine Jocelyne Beaudoin et son groupe Vintage reprendront les grands succès de Frank Sinatra, Ella Fitzgerald, Ray Charles et plusieurs autres dans une ambiance feutrée des années 50.

Se joindront à eux le Alley Jazz Band formé de cinq jeunes de la région déjà très actifs sur la scène locale et nationale. D’ailleurs quatre d’entre eux sont issus du Stage band de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme et se sont produits deux fois au Festival International de Jazz de Montréal. Il s’agira de leur première prestation ensemble où ils revisiteront les classiques jazz, blues, soul et funk.Marie-Claude Morin, députée de Saint-Hyacinthe Bagot, a accepté d’être la porte-parole de la soirée afin de montrer son appui à l’organisme tout en soutenant l’importance de ses actions auprès de la population.Les billets pour le spectacle du 17 janvier sont en vente au coût de 15 $ au Zaricot et dans les bureaux du Trait d’Union Montérégien. Pour plus de détails, communiquez avec Marie-Ève Francoeur au 450 223-1252.

image