2 mai 2013
Stationnement sur rue
Un plan pour les abords de l’hôpital
Par: Le Courrier
Le plan de stationnement qui sera mis en oeuvre autour de l'hôpital a été présenté par le maire de Saint-Hyacinthe, Caude Bernier (au centre), le directeur du service des Travaux publics, Yvan De Lachevrotière et la directrice générale adjointe, Chantal Frigon.

Le plan de stationnement qui sera mis en oeuvre autour de l'hôpital a été présenté par le maire de Saint-Hyacinthe, Caude Bernier (au centre), le directeur du service des Travaux publics, Yvan De Lachevrotière et la directrice générale adjointe, Chantal Frigon.

Garer sa voiture près du centre hospitalier Honoré-Mercier deviendra un peu plus compliqué à compter du 1 er juin, avec l’entrée en vigueur d’un nouveau plan de stationnement visant les rues du secteur, où un tout nouveau « parcomètre intelligent » fera même son apparition.

Publicité
Activer le son

Un système de vignette sera mis en place à l’intention des résidants (une vignette de 15 $ par adresse), tandis que les visiteurs devront se plier à de nouvelles contraintes s’ils laissent leur voiture dans les rues Gauthier, Rouleau, Chalifoux, Bernier, Turcot, Blanchet et les avenues Lamarche et Beauparlant. Dans le cas de la rue Blanchet et du boul. Laframboise, il y aura statu quo là où la durée du stationnement est déjà limitée à 60 minutes, ou à 30 minutes (boul. Laframboise).

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier, a expliqué en conférence de presse qu’il y a un bon moment déjà que la Ville est interpellée par des résidants du secteur qui n’arrivent plus à se garer devant leur demeure tellement le stationnement sur rue est populaire autour du centre hospitalier.La Ville a donc procédé à des vérifications qui l’ont convaincue que des interventions s’imposaient. « En plus des analyses de notre comité de circulation et de sécurité routière, le conseiller du district, David Bousquet, nous a prêté main-forte en consultant les citoyens des rues Rouleau, Lamarche et Chalifoux », a souligné M. Bernier.Sur plusieurs segments de rues, le stationnement ne sera dorénavant autorisé que d’un côté à la fois, en alternance d’une journée à l’autre. Cette règle s’appliquera aux rues Rouleau (de Pratte à Lamarche), Chalifoux, Bernier (de Bourassa à Blanchet), Turcot (de Laframboise à Beauparlant) et Blanchet (de Bernier à Beauparlant) et aux avenues Lamarche (de Rouleau à Prince) et Beauparlant (à partir de Bourassa, vers l’ouest).Dans l’avenue Lamarche, entre Gauthier et Rouleau, le stationnement sera permis durant deux heures du côté sud les lundis, mercredis, vendredis et dimanches, tandis que les autres jours, cette autorisation vaudra du côté nord. Enfin, une autre limitation du temps de stationnement s’appliquera au segment de la rue Cartier compris entre Laframboise et Saint-Joseph, mais sa durée n’a pas encore été déterminée.

Parcomètres

La Ville profitera de la mise en place de ce plan pour entreprendre l’implantation de « bornes de paiement », des appareils électroniques à la fine pointe de la technologie en matière de stationnement payant sur rue.

Le directeur du service des Travaux publics, Yvan De Lachevrotière, a annoncé que ces bornes, semblables à celles qu’on retrouve à Montréal, remplaceront d’ici trois ans les quelque 600 parcomètres qui bordent plusieurs rues du centre-ville, notamment près du palais de justice, de l’hôtel de ville et de l’Hôtel-Dieu.Chaque borne coûte environ 10 000 $, mais comme un seul appareil peut gérer de 12 à 20 cases de stationnement, son exploitation devient rapidement rentable. Les premières bornes de paiement seront installées du côté est de la rue Gauthier, de la rue Rouleau à l’avenue Lamarche, mais une petite zone restera libre pour des arrêts de 20 minutes devant l’hôpital du lundi au vendredi, entre 7 h et 18 h 30. Du côté nord de Gauthier, le stationnement sera limité à deux heures. Comme les parcomètres conventionnels, les bornes peuvent être nourries avec de la monnaie – 1 $ l’heure rue Gauthier, pour une durée maximum de trois heures -, mais aussi à l’aide d’une carte de crédit ou encore de la carte à puce que la Ville entend mettre en circulation pour les automobilistes. Au centre-ville, les cases payantes coûteront 25 cents la demi-heure une fois les bornes implantées, pour un temps de stationnement maximum qui variera selon l’emplacement.

image