31 octobre 2019
Aux Gants dorés
Un premier titre pour Ludovik Jodoin
Par: Maxime Prévost Durand

Quatre médaillés des Apprentis Champions aux Gants dorés, soit Isaac Lapointe, Rémi J. Hamel, Ludovik Jodoin et Mohammed Ali Khan. Photo gracieuseté

Le Maskoutain Ludovik Jodoin, membre de l’école de boxe Les Apprentis Champions, a remporté un premier titre d’importance, samedi, à Chicoutimi, lorsqu’il a été couronné en finale des Gants dorés dans la catégorie des 48 kg juvénile.

publicité

L’adolescent de 14 ans, qui comptait déjà une impressionnante fiche de 20 combats avant son plus récent duel, a vaincu Justin Hajjar, un adversaire de deux ans son aîné, par décision majoritaire.

« Ça a été la performance de la fin de semaine pour nous », a confié l’entraîneur des Apprentis Champions, Steve Choquette, au terme de la compétition.

Même s’il est théoriquement d’âge cadet, Ludovik a été inscrit chez les juvéniles, une catégorie qu’il allait intégrer à la fin de l’année. Cette décision avait été prise afin de lui permettre, si les performances sont au rendez-vous, de participer plus tard cette saison aux championnats nationaux juvéniles.

Passant directement en finale de sa catégorie, le Maskoutain ne s’est pas laissé impressionner par son adversaire malgré la différence d’âge. « J’ai plus attaqué qu’à l’habitude, a-t-il mentionné au COURRIER. J’ai utilisé mon direct et mon crochet, en plus de coups au corps. »

Ludovik a mené l’imposante délégation de neuf boxeurs des Apprentis Champions inscrits à cette édition des Gants dorés. Malheureusement, seulement cinq d’entre eux ont vu de l’action, alors que les quatre autres ont été déclarés champions sans opposition, faute d’adversaire dans leur catégorie. Ces champions proclamés sont Aissatou T.-Diallo (48 kg benjamine), Noémy Jodoin (36 kg cadette), Asfand Khan (40 kg cadet) et Hugo Letellier (60 kg cadet).

Parmi ceux qui sont montés sur le ring, Rémi J. Hamel (42 kg cadet) s’est incliné par décision unanime en finale, ce qui lui a valu une médaille d’argent, tandis qu’Isaac Lapointe (38 kg cadet) est reparti avec une médaille de bronze après une défaite par décision unanime en demi-finale. Autant pour l’un que pour l’autre, il s’agissait d’une première expérience aux Gants dorés.

De son côté, Mohammed Ali Khan (52 kg juvénile) a mis la main sur la médaille d’argent pour une deuxième année consécutive, au terme d’une finale serrée face à Élie Côté où le gagnant a été déterminé par décision partagée. Également en action, Samuel Vincent s’est incliné par arrêt de l’arbitre au 3e round. Dans son cas, il s’agissait d’un retour à la compétition après cinq ans d’absence.

John Nduwamahorofreiné en quart

Autre Maskoutain présent à ces Gants dorés, John Nduwamahoro a été freiné en quart de finale chez les 63 kg élite. L’ancien du Club de boxe de Saint-Hyacinthe, qui s’entraîne avec le club Pound4P depuis qu’il est arrivé à Montréal cette année, a subi la défaite à son deuxième combat du tournoi face à son coéquipier Luis Santana, lui aussi de Pound4P.

Deux jeunes athlètes du Club de boxe de Saint-Hyacinthe étaient également inscrits à cette compétition, soit Shawn Fournier (40 kg cadet) et Justin Gagné (48 kg cadet), mais ceux-ci ont été déclarés champions sans opposition puisqu’aucun autre boxeur n’était présent dans leur catégorie.

image