28 juin 2018
Un recyclage à vocation sociale
Par: Le Courrier

Depuis 2014, le recyclage revêt aussi une deuxième mission aux hôpitaux Pierre-Boucher et Honoré-Mercier alors qu’il permet d’employer des personnes vivant une exclusion du marché du travail (Ateliers Transition, à Saint-Hyacinthe) et des troubles de schizophrénie (d’un Couvert à l’autre, à Pierre-Boucher).

Le réseau de santé a conclu un partenariat avec Ateliers Transitions à Saint-Hyacinthe, où les stagiaires sont responsables de déchiqueter le papier de l’hôpital et de récupérer le plastique. À Pierre-Boucher, les papiers de l’hôpital y sont déchiquetés et les métaux lavés pour le recyclage. Le plateau de travail s’occupe également de trier le plastique pour le recyclage. 

La démarche a permis de réduire de 50 % les frais liés à la destruction de documents à l’hôpital maskoutain. Le système de santé constate d’ailleurs que les ateliers de travail ont eu un impact positif sur les stagiaires à Pierre-Boucher, qui tendent à être moins hospitalisés. « Économiquement, c’est gagnant, environnementalement, c’est gagnant; mais c’est surtout gagnant socialement. On a plusieurs témoignages de gens qui nous disent à quel point ça a changé leur vie », explique Mme Le Blond.

L’hôpital Hôtel-Dieu de Sorel pourrait lui aussi bientôt avoir son plateau de travail. Le CISSSME étudie la possibilité de créer un plateau de travail extérieur, comme à Saint-Hyacinthe, avec le Carrefour Jeunesse Emploi.

image