4 juin 2020
La Cascades piétonne en juillet
Un véritable compromis
Par: Rémi Léonard

Après le dernier revirement dans le dossier de la piétonnisation de la rue des Cascades, les partisans comme les opposants au projet semblent partiellement satisfaits. Est-ce le parfait compromis? Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La plus récente version du projet pilote de piétonnisation estivale du centre-ville semble à première vue satisfaire partiellement les opposants comme les défenseurs de l’idée, du moins selon deux des intervenants les plus impliqués dans le dossier contactés récemment par LE COURRIER.

Publicité
Activer le son

Si aucun camp ne peut crier victoire, à la fois Joëlle Turcotte, copropriétaire du Zaricot, et Stéphan Rhéaume, de la boutique Strauss, ont dit accepter le compromis annoncé par le maire ce lundi, malgré une certaine réticence de part et d’autre.

M. Rhéaume garde en effet l’impression d’une solution imposée. « C’est un compromis qu’on a proposé pour sortir de l’impasse », a-t-il rapporté. Si sa position reste la même, soit que la piétonnisation de la Cascades va nuire au commerce de détail, il se dit prêt à l’essayer en juillet. « Tant mieux si ça marche et que je me trompe », a-t-il lancé. Un élément central dans sa résistance à cette idée reste le fait que le ratio restaurants/commerces de détail est trop faible sur la Cascades selon lui pour justifier un tel aménagement.

De son côté, Mme Turcotte accueille avec un « drôle de sentiment » la version finale présentée lundi. Repoussée d’un mois et fortement réduite en durée, la formule retenue n’est pas un grand avancement par rapport à ce qui se faisait les années précédentes avec les Rendez-vous urbains, mais sans l’animation, constate-t-elle. Elle se dit à la fois déçue d’un tel « revirement de situation », mais en même temps soulagée que le projet aille finalement de l’avant. Après tout, « il fallait trancher », reconnaît-elle. Elle croit tout de même que la Ville aurait pu arriver avec un projet plus « solide » et mieux « l’assumer » pour éviter la valse-hésitation des dernières semaines.

Pour celle qui a réussi à canaliser une vague de soutien en faveur de la piétonnisation estivale de la Cascades, il n’est toutefois pas question de se laisser abattre. « On va faire tout en notre pouvoir pour que le projet pilote soit un succès en juillet », a-t-elle assuré.

Mais comment en juger?

Le maire Claude Corbeil a ajouté lors de son annonce qu’une équipe de Saint-Hyacinthe Technopole sera chargée de sonder « les commerçants, les restaurateurs, les résidents, les clients et les visiteurs » de la rue des Cascades lors du déploiement du projet pilote afin d’en « évaluer l’impact ». C’est notamment avec cet apport que sera déterminé le possible renouvellement du projet et les ajustements qui pourraient y être apportés, a-t-il détaillé.

Stéphan Rhéaume a par ailleurs informé que la Ville avait aussi assuré qu’avant de revenir avec un nouveau projet, une étude de l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal serait réalisée afin de déterminer objectivement si la piétonnisation est une option souhaitable pour la rue des Cascades. Il faudra aussi observer quelles autres avenues pourraient être employées pour revitaliser le centre-ville, ce qui reste après tout l’objectif commun de tous les intervenants dans ce débat, a-t-il rappelé.

image