11 février 2016
Saint-Pie
Un virage santé payant pour Lacasse
Par: Jean-Luc Lorry
Un virage santé payant pour Lacasse

Un virage santé payant pour Lacasse

Le Groupe Lacasse a obtenu l’un de ses plus importants contrats de son histoire en se voyant confier en 2013, l’ameublement du futur Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Le Groupe Lacasse a obtenu l’un de ses plus importants contrats de son histoire en se voyant confier en 2013, l’ameublement du futur Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Proposer sa gamme de mobilier au milieu médical est une décision d’affaires qui rapporte gros au Groupe Lacasse de Saint-Pie.

Publicité
Activer le son

En l’espace de trois ans, l’entreprise ­spécialisée dans la fabrication de ­mobilier de bureau a obtenu des ­commandes totalisant plus de 11 M$ pour meubler le nouveau Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) ainsi que les futurs bâtiments du Centre ­universitaire de santé McGill (CUSM).

En mars 2013, le Groupe Lacasse avait décroché un contrat de 3,4 M$ pour meubler le Centre de recherche du CHUM. Ce projet d’envergure concernait l’ameublement de 21 étages répartis sur deux bâtiments. ­Finalement, cette commande majeure pour l’entreprise s’est élevée à 3,6 M$.

La relation d’affaires entre le manufacturier de Saint-Pie et la direction du futur méga-hôpital montréalais semble des plus solides.

L’an dernier, le fabricant de meubles haut de gamme a signé un second contrat d’une valeur de 4 M$ qui s’inscrit dans la seconde phase de construction du CHUM (trois phases au total).

« Nous allons fabriquer des postes de travail et les environnements pour le ­personnel médical. La livraison commencera ce printemps pour se terminer à ­l’automne », précise avec enthousiasme Sylvain Garneau, président du conseil d’administration et chef de la direction du Groupe Lacasse.

En 2013, le Groupe Lacasse avait ­également obtenu le mandat de meubler les futurs bâtiments du CUSM. Cette ­commande à laquelle des demandes ­additionnelles se sont ­rajoutées en cours de route s’est chiffrée à plus de 4 M$.

Comme les affaires vont bien, ­l’entreprise a investi récemment 1,2 M$ dans l’acquisition d’un équipement ­spécialisé dans la fabrication de produits thermofusionnés. « Réinvestir, nous ­permet d’augmenter la productivité de l’entreprise », indique M. Garneau.

En plus de diriger l’entreprise, Sylvain Garneau possède 50 % des parts de ­l’entreprise, l’autre moitié se partage entre le fondateur Guy Lacasse et son fils Robin.

Rappelons qu’en 2012, le Groupe ­Lacasse était redevenue une entreprise 100 % québécoise après avoir été la ­propriété de la multinationale américaine Haworth pendant 12 ans.

« Haworth a été un excellent propriétaire. Mais nous sommes très contents de la situation actuelle. Être actionnaire et chef de la direction facilite le processus de décision », considère Sylvain Garneau.

Déjà 60 ans

L’année 2016 sera une année charnière pour le Groupe Lacasse qui célèbrera ses 60 ans d’existence.

« Sans la présence de nos employés et clients au cours de ces 60 dernières ­années, sans leur dévouement, leur ­loyauté et leur amitié, notre entreprise ne serait pas ici pour marquer cette étape importante », souligne Sylvain Garneau.

L’entreprise compte aujourd’hui 450 employés.

image