10 septembre 2015
Mondial des métiers
Une 12e position pour l’EPSH
Par: Jennifer Blanchette
Gabriel Tessier et Gabriel Lévesque, en compagnie de l’enseignant à l’EPSH, Martin St-Pierre, ont décroché la 12e position dans la catégorie Jardinier-paysagiste au Mondial des métiers.Photo courtoisie

Gabriel Tessier et Gabriel Lévesque, en compagnie de l’enseignant à l’EPSH, Martin St-Pierre, ont décroché la 12e position dans la catégorie Jardinier-paysagiste au Mondial des métiers.Photo courtoisie

Les représentants de l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe (EPSH), Gabriel Tessier et Gabriel Lévesque, ont décroché la 12

publicité

Du 12 au 15 août, le duo s’est mesuré à 15 autres équipes provenant de partout dans le monde pour réaliser un aménagement paysager complet d’une superficie de 7 m2.

L’épreuve d’une durée de 23 heures était répartie sur quatre jours et incluait la réalisation d’un élément de bois, d’un muret de pierre, d’un bassin, d’un pavé au sol et d’une plantation.

« La 3e journée a été notre meilleure ­tandis, que la 4e a été la plus difficile. Il y avait l’épuisement de la compétition et nous avons eu de la difficulté à gérer ­notre temps. Ça a fait en sorte que nous n’avons eu que 1 h 30 pour planter une centaine de plantes, une partie qui valait beaucoup de points dans l’évaluation », a expliqué Gabriel Tessier, qui s’est dit très satisfait de la performance de son équipe malgré ce pépin.

« Oui, nous aurions aimé remporter une médaille, mais nous étions vraiment fiers d’être là. Nous avons eu une belle ­attitude et ça a fait la différence pendant la compétition », a renchéri Gabriel Lévesque.

Les deux collègues ont cumulé 487 points sur un total de 600, ce qui leur a permis de mettre la main sur la 12e position, tandis que le pays vainqueur, l’Italie, en a amassé 546.

L’entraîneur et enseignant de l’EPSH, Martin St-Pierre, qui accompagnait son équipe au Brésil, s’est avoué un peu déçu du résultat. « Nous avons mis les efforts, mais la compétition était très forte. À un certain moment, j’ai ­vraiment cru que nous décrocherions une 6e ou une 7e ­position en regard à ­l’aspect général de notre aménagement », a souligné celui qui a consacré des ­centaines d’heures au perfectionnement de ses poulains.

« Ce que les gars ont vécu, c’est la réalité du Mondial. Pas nécessairement celle du métier. Tout cela était un show et l’évaluation était faite en fonction d’un show », a indiqué M. St-Pierre.

Tourner la page

En plus d’avoir été la première équipe en aménagement paysager à représenter l’EPSH au Mondial des métiers, les deux Gabriel ont eu la chance de vivre un contact privilégié avec d’autres jeunes de partout à travers le monde.

Au total, 1 200 participants en provenance de 60 pays, dont 29 Canadiens, ont pris part à cette compétition internationale.

« J’ai pris beaucoup de confiance et d’autonomie dans mon travail, mais ­surtout, cette expérience m’a permis de développer mon ouverture sur le monde. De vivre à l’hôtel avec les autres jeunes, d’entendre leurs cris d’équipe, c’était fou. J’ai vraiment fait de beaux échanges avec les autres pays », a affirmé Gabriel ­Lévesque.

Son collègue, Gabriel Tessier, retient surtout le fort sentiment d’accomplissement que lui a inspiré une participation au Mondial des métiers. « Nous venons de mettre fin à deux années de notre vie avec le Mondial, et ce que ça m’a apporté, c’est surtout une belle amitié. J’ai eu la chance de partager les mêmes émotions et de vivre exactement la même compétition avec Gabriel. Ce ne sont pas tous les ­compétiteurs qui avaient quelqu’un avec qui partager cela. »

Avant de s’envoler pour le Brésil, les deux jeunes hommes, qui poursuivent leur carrière en aménagement paysager, s’étaient offert un triplé d’excellence en raflant l’or aux compétitions régionale, provinciale et canadienne.

image