19 septembre 2013
Une autre étape!
Par: Le Courrier

J’ai mis la main sur la chronique de Stéphane Laporte du 7 septembre. Il parle de son filleul Eliot qui commence la maternelle. Comme il l’affirme, plusieurs personnes ont laissé partir leur précieux vers une nouvelle vie cette semaine. J’en suis, mon plus vieux a franchi cette étape cette année.

En regardant sur Facebook, je voyais tous ces parents qui mettaient la photo de leur enfant en ajoutant un texte du genre : première journée à l’école de mon enfant. Je ne savais pas trop si je devais le faire moi aussi. Je suis fier de lui, sa première semaine se passe très bien, j’ai envie de le crier à la planète. Est-ce que Facebook est pour moi le meilleur moyen de le faire? En réfléchissant à tout cela ce samedi en après-midi, j’ai décidé de lui écrire un texte, un peu comme M. Laporte l’a fait. Sûrement pas aussi habilement que lui, mais ce sera cher à mon coeur! Mon cher Alexis, tu franchis ces temps-ci une étape charnière. Tu passeras les 13 prochaines années de ta vie à te préparer pour l’avenir. En plus de l’éducation que tu reçois à la maison, des enseignantes et des enseignants ainsi que du personnel scolaire viendront nous épauler pour que tu saches correctement lire, écrire et compter. En plus, tu auras tout plein d’expériences formatrices dans divers domaines qui pourront t’aider à décider quel type d’adulte tu deviendras.  Tu feras la rencontre de nouvelles personnes. Elles pourront être des amies pendant quelque temps, et votre situation va évoluer. Tu les perdras peut-être de vue et d’autres prendront leur place. Plusieurs adultes feront aussi partie de ton cheminement. Certains seront plus significatifs que d’autres et tu te rendras probablement compte de leur importance après coup. Il y en a que tu aimeras moins. Par contre, mon fils, la vie est ainsi faite. Il faudra que tu t’assures de rester respectueux et de tirer le maximum de chacun d’entre eux. L’école est une pratique de la vie en société. Ce n’est pas facile, parfois on excelle, d’autres fois il faut travailler fort pour réussir. Le plus important, c’est de persévérer. Tes parents seront là. Nous t’épaulerons, te soutiendrons, te chicanerons. Sache que nous ferons tout pour que ce passage soit le plus intéressant possible. Ce qui se passera à l’école aura des répercussions à la maison. Si tu as de la difficulté, nous ferons le maximum pour t’aider à les surmonter. Tu nous connais, tu sais très bien que si tu fais des bourdes, nous ne serons pas contents et nous serons du même côté que l’école à ces moments. Les conséquences que tu obtiendras ne seront pas questionnées de notre part. Dis-toi que si tu avais fait la même chose à la maison, nous aurions réagi de la même façon. Ton parcours se fera dans le milieu public. De par les convictions de tes parents, ce serait de parler des deux côtés de la bouche que de te permettre d’aller au privé. Pas parce que ce qui se fait au privé n’est pas bien. Mais plutôt parce que ce qui se fait au public l’est tout autant et qu’à cet endroit, tu as un réel portrait de la société et la même chance pour tout le monde. Beaucoup de choses vont changer dans nos vies. Je dis nos vies parce que le support de tes parents est très important. Il faudra que nous fassions des sacrifices pour te permettre d’avoir toutes les chances de ton côté. Un petit exemple anodin, la fin de semaine, il faudra s’arranger pour que tu puisses bien te reposer afin que tu sois en forme et plein d’énergie pour ta semaine à l’école. Cette fin de semaine, nous ne l’avons pas fait et tu es arrivé à l’école fatigué ce matin. J’en suis bien désolé et je t’assure que je porterai une attention particulière à cela dans le futur. En terminant mon garçon, je te dirai quelque chose que ton grand-père m’a confié quand je suis entré au cégep : « Mon grand je te reconduis à l’école par la grande porte. J’espère que tu en sortiras par cette même porte ». Ne t’inquiète pas, je te le répéterai à chacune des étapes de ta vie scolaire.  Je t’aime très fort mon ange et tu peux compter sur ton père pour t’épauler tout au long de ton cheminement. Bonne chance mon coco!

Jean-Simon Carrier, enseignant au secondaire à Saint-Hyacinthe

image