15 août 2013
Temple de la renommée de la Coupe Rogers
Une belle reconnaissance pour Sébastien Le Blanc
Par: Maxime Prévost Durand
Sébastien Le Blanc a été intronisé au Temple de la renommée de la Coupe Rogers le 5 août sur le court central du Stade Uniprix. On le voit à gauche entouré de ses quatre enfants, venus lui remettre une plaque lors de la cérémonie.

Sébastien Le Blanc a été intronisé au Temple de la renommée de la Coupe Rogers le 5 août sur le court central du Stade Uniprix. On le voit à gauche entouré de ses quatre enfants, venus lui remettre une plaque lors de la cérémonie.

Une semaine avant le début de la Coupe Le Blanc dont il est le coprésident, Sébastien Le Blanc a été intronisé au Temple de la renommée de la Coupe Rogers sur le court central du Stade Uniprix.

publicité

Il y a 16 ans, Sébastien Le Blanc vivait l’un des plus beaux moments de sa carrière lors de la Coupe Rogers en battant la 10 e tête de série du tournoi, Tim Henman. « C’est ma plus belle victoire en carrière », se souvient-il, replongé dans les fortes émotions qu’il avait alors vécues.

La Coupe Rogers s’est souvenue de ce grand moment de la carrière du Québécois et a ainsi décidé de l’honorer, aux côtés de Simon Larose, Frédéric Niemeyer et Stéphane Bonneau.Procédure tenue secrète jusqu’à la toute fin, ce sont les quatre enfants de Sébastien, âgés entre 7 et 13 ans, qui sont venus lui remettre une plaque en son honneur. « Ç’a été une très belle soirée. C’était très émouvant de voir mes enfants faire leur entrée sur le central, je n’étais pas du tout au courant. Ils étaient encore dans la loge lorsque j’ai quitté pour me mettre en place. Ils ont bien gardé le secret! C’était spécial de pouvoir vivre cette soirée avec eux sur le terrain. Ils savent que j’ai joué, mais ils sont trop jeunes, ils ne m’ont jamais vu en action. »Le Blanc a connu ses plus grands succès chez les juniors en double, avec son partenaire Sébastien Lareau. Ensemble, ils ont remporté les tournois du Grand Chelem Roland-Garros et Wimbledon. Il a également remporté le US Open en double chez les juniors avec Greg Rusedski. Le résident de Saint-Bruno a eu l’opportunité de participer aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992, où il a atteint le deuxième tour.« C’est toujours agréable de se faire rappeler 15-20 ans plus tard de beaux moments de sa vie. J’ai été sur le site de la Coupe Rogers une bonne partie de la semaine et chaque jour, plusieurs personnes venaient me féliciter. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit d’une si grande ampleur, je croyais qu’après la soirée d’intronisation, ça allait être fini, mais les gens m’en ont parlé toute la semaine! »

À quand un prochain Québécois?

Sébastien Le Blanc a constaté la semaine dernière à la Coupe Rogers que le tennis canadien se porte à merveille. Cinq Canadiens ont accédé au deuxième tour du tableau principal, dont deux se sont frayé un chemin jusqu’en demi-finale de ce Masters 1000, Vasek Pospisil et Milos Raonic, le premier joueur canadien à faire partie du top 10 mondial.

Mais parmi ces joueurs, aucun Québécois. Alors qu’à l’inverse, chez les filles, on retrouve les Eugénie Bouchard, Stéphanie Dubois et Aleksandra Wozniak, parmi les meilleures canadiennes. À quand un prochain Québécois parmi les meilleurs du pays?« Il s’agit d’un cycle. On a connu de belles années avec des Québécois parmi les meilleurs joueurs canadiens. Mais il faudra attendre encore un cycle ou deux avant de revoir un joueur québécois au sommet du tennis canadien », croit Le Blanc.Avec l’arrivée il y a quelques années du centre national de développement de Tennis Canada, le tennis canadien est à un sommet jamais atteint auparavant. « On commence à peine à voir les fruits du centre national. Vasek et Milos sont de la première cohorte à en sortir et déjà ils connaissent beaucoup de succès. C’est de bon augure pour les prochaines années. De plus, les jeunes peuvent facilement se reconnaître dans ces deux joueurs. Ça amènera sans doute plus de jeunes à jouer. »

image