12 décembre 2019
Entre les lignes
Une bibliothèque de 26 M$ sans aucune subvention
Par: Le Courrier

Le 28 novembre, dans cette page, j’écrivais ceci à propos du boulodrome, mais de façon plus large à propos du rapport que la Ville de Saint-Hyacinthe entretient avec les subventions : « On cherche à faire subventionner la pétanque, mais cette administration peine à obtenir des subventions pour la relocalisation de sa bibliothèque et n’a pas cru utile de demander l’aide financière de Québec ou d’Ottawa avant de rénover à grands frais son vieux marché public. Je peine souvent à saisir la logique municipale… »

Publicité
Activer le son

Une semaine après ce autre constat éclairé, voilà que la Ville de Saint-Hyacinthe annonce en présentant son plan triennal d’immobilisations qu’elle ne demandera aucune subvention pour sa bibliothèque. Elle y alloue 14 M$, qui s’ajoutent aux 10 M$ déjà dépensés pour l’acquisition, et prévoit que le milieu philanthropique local y injectera 2 M$.

Vous avez bien compris, voilà un projet de 26 M$, en étant conservateur, qui se fera sans financement extérieur. Pour quelles raisons? « On a fait le choix (?) de ne pas demander de subvention parce que ça pourrait prendre 6, 7, 8 ans pour obtenir le financement et on souhaite démarrer ce projet rapidement », a justifié le maire Corbeil.

À ce sujet, j’ai pour mon dire que si on avait déposé une demande de subvention dès que le projet de pôle culturel a été présenté sur la place publique en août 2017, on aurait déjà retranché deux ans au délai. Le directeur général de la Ville a appuyé son maire en ajoutant que, tout bien considéré, « les taux de subvention ne sont pas si alléchants ».

Encore là, je me dis que chaque million de dollars reçu aurait représenté un million de moins à puiser dans la poche des Maskoutains.

En 2014, Québec a justement contribué à la hauteur de 6,5 M$ dans la nouvelle bibliothèque de 20,7 M$ que s’est offerte la Ville de Drummondville. J’imagine que les Drummondvillois ont jugé cette subvention assez alléchante pour eux.

Je me répète, je peine souvent à saisir notre logique municipale. Pas vous?

image