6 mai 2021
Pénurie de main-d’œuvre
Une campagne de recrutement originale pour Bonduelle
Par: Olivier Dénommée

Des dizaines de milliers de conserves comme celle-ci sont en circulation depuis peu pour inciter les personnes à la recherche d’un emploi à postuler chez Bonduelle. Une centaine de postes sont à pourvoir au Québec, dont une vingtaine à Saint-Denis-sur-Richelieu. Photo gracieuseté

« Bonduelle vous offre à manger, et un emploi. » C’est à l’aide de ces mots retrouvés sur l’étiquette de ses conserves de maïs à grains entiers distribuées dans les banques alimentaires du Québec que l’entreprise Bonduelle espère pourvoir des dizaines de postes dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.

Publicité
Activer le son

Les premières conserves de cette campagne de recrutement ont fait leur apparition le 15 avril dans quatre banques alimentaires de la province, incluant La Moisson maskoutaine. Le but avoué de l’entreprise est de recevoir une vague de candidatures afin de pourvoir une centaine de postes à travers les différentes usines de Bonduelle du Québec, incluant celle de Saint-Denis-sur-Richelieu, où on cherche à pourvoir une vingtaine de postes. On y recherche principalement des journaliers, des opérateurs à la production et des caristes, indique-t-on.

« Avec la pandémie, nos enjeux de main-d’œuvre se sont amplifiés. Parallèlement, les demandes de soutien aux banques alimentaires de la province se sont multipliées. C’est dans ce contexte que Bonduelle a uni les forces de ses services de marketing et de ressources humaines pour lancer cette stratégie de recrutement », affirme Christian Malenfant, vice-président marketing de Bonduelle, par voie de communiqué.

Au total, 45 000 conserves où figurent les renseignements de base des postes à pourvoir et les coordonnées de la personne responsable du recrutement seront distribuées à travers le Québec et le téléphone a déjà commencé à sonner. « Bonduelle a commencé à recevoir quelques appels bien que ce ne soit que le début de la campagne. L’entreprise sent que le bouche-à-oreille fera également un apport à cette campagne créative », souligne pour sa part Valérie Lavoie, conseillère chez Massy Forget Langlois relations publiques, chargée de la promotion de cette campagne.

Cette initiative s’ajoute aussi à une campagne média digitale de bannières web et sur les réseaux sociaux tels que Facebook et aux annonces de postes à pourvoir publiés dans les différents journaux et les salons de l’emploi.

image