29 octobre 2020
Poursuite des restrictions en zone rouge
Une décision lourde de conséquences pour les gyms
Par: Jean-Luc Lorry

La succursale de Saint-Hyacinthe affiliée à la bannière Énergie Cardio demeure fermée pour une période supplémentaire de quatre semaines. Photo Geneviève Godbout - Énergie Cardio

Sur la photo, Marianne Caron et Daniel Côté, copropriétaires de CrossFit ËRA, un nouveau centre d’entraînement qui a ouvert ses portes à la fin septembre dans le district Sainte-Rosalie. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les propriétaires de centres d’entraînement au Québec et leurs clients devront prendre leur mal en patience. En raison du nombre élevé de cas positifs à la COVID-19, le gouvernement Legault a décidé en début de semaine de prolonger pour quatre semaines supplémentaires les mesures sanitaires en zone rouge, poursuivant ainsi la fermeture des salles de sport, notamment.

Publicité
Activer le son

La bannière Énergie Cardio accuse le coup de ces fermetures imposées. « Ce n’est pas une situation idéale pour nous de vivre deux fermetures successives [lors du confinement et maintenant] », indique Claire Tremblay, présidente d’Énergie Cardio et propriétaire du centre d’entraînement de Saint-Hyacinthe, en entrevue au COURRIER.

« Je pense que les centres d’entraînement sont bons pour la santé physique et la santé mentale. Notre milieu est sécuritaire autant pour nos employés que pour la clientèle », assure Mme Tremblay, qui est kinésiologue de métier.

En attendant que la courbe de la 2e vague s’aplatisse, on a mis sur pied chez Énergie Cardio différentes formules virtuelles. « Nos entraîneurs sont très créatifs. Notre plateforme virtuelle offre des cours de groupe ou des entraînements privés. On utilise les objets disponibles à la maison. On peut effectuer des exercices en utilisant uniquement le poids de son corps », précise Claire Tremblay.

La présidente d’Énergie Cardio assure que les membres ne seront pas perdants durant ces fermetures temporaires. « Deux options sont proposées à nos clients. Ils peuvent poursuivre leurs versements périodiques et un crédit s’applique sur le nombre de semaines où nous sommes fermés ou alors, ils ont la possibilité de suspendre les paiements », explique-t-elle.

Le réseau Énergie Cardio regroupe 27 gyms au Québec et compte environ 850 employés.

Sitôt ouvert, sitôt fermé

Observant l’intérêt de plusieurs personnes à vouloir se maintenir en forme en pleine pandémie, Daniel Côté et sa conjointe Marianne Caron avaient décidé de saisir la balle au bond en ouvrant une salle d’entraînement spécialisée dans le CrossFit sur le boulevard Laurier Est. Fin août, le couple est devenu locataire de l’ancien garage Jean Laperle situé dans le district Sainte-Rosalie.

« Cet été, le Québec était ouvert avec des règles sanitaires à suivre et rien ne portait à croire que les gyms devraient fermer une nouvelle fois. Pendant tout le mois de septembre, nous avons fait des rénovations pour préparer le local, commandé les équipements et élaboré les programmes d’entraînement », raconte Mme Caron, dans un courriel adressé au COURRIER.

CrossFit ËRA a commencé ses activités le lundi 28 septembre, la même journée où le gouvernement décrétait la zone rouge pour le Grand Montréal. Tout s’est arrêté brusquement le 16 octobre lorsque la région maskoutaine a basculé en zone rouge.

Au cours des derniers jours, une coalition rassemblant environ 260 propriétaires indépendants de centre d’entraînement avait décidé de défier la santé publique en accueillant de nouveau la clientèle aujourd’hui, jeudi. La coalition a finalement revu ses plans mercredi et plutôt décidé d’inviter les clients à manifester devant leur gym qui restera fermé pour éviter les amendes salées auxquelles s’exposaient autant les propriétaires que les usagers.

Le centre d’entraînement CrossFit ËRA n’a pas l’intention de se joindre au mouvement. « La décision de Québec est très décevante puisque nous avions bon espoir de rouvrir nos portes. Il n’existe pas de données qui prouvent la problématique des gyms. Mais nous n’avons pas le choix de nous conformer aux décisions prises par le gouvernement », a commenté Daniel Côté, lors d’un entretien téléphonique.

image