27 août 2015
Vente des pharmacies Ravenelle
Une dernière ordonnance pour Guy Ravenelle
Par: Jennifer Blanchette
Le pharmacien maskoutain Guy Ravenelle (à droite) a vendu ses quatre établissements à la pharmacienne Catherine Lamarre et à son conjoint Patrice Derochette.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le pharmacien maskoutain Guy Ravenelle (à droite) a vendu ses quatre établissements à la pharmacienne Catherine Lamarre et à son conjoint Patrice Derochette. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La dynastie de la famille Ravenelle à titre de pharmaciens-propriétaires à Saint-Hyacinthe prendra fin le 1

Publicité
Activer le son

La transaction, dont le montant n’a pas été dévoilé, s’est conclue le 3 juillet et a permis aux nouveaux propriétaires ­d’acquérir les pharmacies situées au centre-ville et dans les quartiers Saint-­Joseph, Assomption et La Providence.

C’est une maladie déclarée il y a quatre ans qui a forcé Guy Ravenelle à d’abord « ralentir la cadence » pour finalement ­tirer sa révérence dans quelques jours.

« Je vais m’ennuyer du contact avec les clients, c’est bien certain », a exprimé ­celui qui a fait ses débuts dans la ­profession en 1981, aux côtés de son père pharmacien, Jean Ravenelle.

Guy Ravenelle a lui-même deux enfants, mais qui ont choisi des professions ­différentes de la sienne, mettant un terme à une possible relève familiale.

Sang neuf

Sa successeure, Catherine Lamarre, n’en est pas à sa première expérience avec la bannière Familiprix. Elle-même fille de pharmacien, Mme Lamarre, qui cumule 16 années d’expérience, a repris la ­pharmacie de son père à Saint-Lazare de 2001 à 2009.

« C’est le hasard qui nous a amenés à Saint-Hyacinthe, car Familiprix savait que Catherine souhaitait à nouveau ­acquérir une pharmacie et l’opportunité s’est présentée ici. Mais, nous voulions avoir ce genre d’environnement, nous ­retrouver dans un esprit de communauté pour créer des liens avec les clients », a expliqué Patrice Derochette, qui gèrera l’administration des quatre pharmacies.

Sa conjointe a d’ailleurs indiqué que le changement de garde ne devrait pas avoir d’impact sur les services offerts à la ­clientèle. « Nous demeurons dans une optique de soins familiaux personnalisés et resterons à l’écoute des besoins, comme M. Ravenelle l’avait établi. ­J’effectuerai aussi des quarts de travail à chaque endroit afin de garder le contact avec toutes mes clientèles », a affirmé Mme Lamarre.

De son côté, Guy Ravenelle n’a pas tari d’éloges envers la nouvelle propriétaire, la qualifiant d’être « comme sa soeur ».

65 ans de tradition familiale

La première pharmacie Ravenelle, ­opérée par Jean Ravenelle, a ouvert ses portes en 1951 sur la rue Des Cascades, suivie par un second commerce en 1958 à ­Saint-­Joseph et un 3e établissement à ­Assomption en 1983.

Entre-temps, Guy Ravenelle, qui a ­terminé ses études universitaires en pharmacie en 1980, a commencé à oeuvrer avec son père l’année suivante. Cette collaboration harmonieuse s’est poursuivie durant près de 20 ans, jusqu’au décès du paternel en ­novembre 2000.

Peu après ce triste départ, M. Ravenelle a ajouté une 4e pharmacie à ses actifs, celle située aux côtés de la clinique ­médicale de La Providence. À l’aube de ses 60 ans, le Maskoutain tire un trait sur sa longue carrière de pharmacien et entend plutôt se ­concentrer sur celle de grand-père!

À l’aube de ses 60 ans, le Maskoutain tire un trait sur sa longue carrière de pharmacien et entend plutôt se ­concentrer sur celle de grand-père!

image