27 février 2020
Basketball
Une édition record pour le tournoi Sweet Sixteen
Par: Maxime Prévost Durand

Le Drakkar de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme a remporté les honneurs dans les classes benjamin masculin D3 et juvénile féminin D3 (photos du haut). Le Colédo du Collège Saint-Maurice (bas gauche) a été couronné dans la classe juvénile féminin D4, puis les V-Kings de Saint-Hyacinthe (bas droit) dans le mini féminin. Photos gracieuseté

Même après plus de 20 ans, le tournoi de basketball Sweet Sixteen ne cesse de grandir. Pour sa 21e édition, tenue du 14 au 16 février, l’organisation a accueilli un total de 132 équipes dans les différents gymnases de Saint-Hyacinthe, un record.

Publicité
Activer le son

Pas moins de seize équipes locales – scolaires et civiles – ont participé à ce rendez-vous et quatre d’entre elles en sont sorties championnes. Nos équipes féminines juvéniles se sont particulièrement démarquées puisque le Drakkar de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme a remporté les honneurs en division 3 et le Colédo du Collège Saint-Maurice a fait de même en division 4. Le Drakkar a ajouté un titre chez les garçons en division 3 benjamin, puis le club civil des V-Kings de Saint-Hyacinthe a mis la main sur la bannière de championnat de la classe mini féminin.

Pour cette édition, la région maskoutaine était représentée par trois équipes du Collège Saint-Maurice, quatre de l’École secondaire Saint-Joseph, quatre de l’école Casavant, quatre de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme et un du club civil des V-Kings de Saint-Hyacinthe.

Les autres clubs sont venus de différentes régions de la province, soit de Mont-Laurier à Amos, en passant par Montréal, Rimouski, Amqui, Gatineau et Québec, notamment. Une équipe venait également de l’Ontario.

« Un événement de cette ampleur ne peut se faire seul. Un nombre incroyable de jeunes, de parents et d’amis du club des V-Kings s’impliquent pour faire de ce tournoi un succès année après année. Avec les arbitres, les marqueurs, les responsables de plateaux et les bénévoles, c’est plus de cent personnes impliquées à l’heure », explique Jonathan Morin, responsable du tournoi.

Le tournoi Sweet Sixteen permet d’amasser de l’argent pour le programme civil de basketball des V-Kings de Saint-Hyacinthe afin que celui-ci puisse poursuivre sa mission, qui est d’offrir aux jeunes provenant de tous les milieux la chance de développer une passion pour le basketball, dans le but de favoriser l’intégration interculturelle et la réussite éducative.

image