14 juin 2012
Centre aquatique Desjardins
Une facture finale de 21,7 M$?
Par: Jean-Luc Lorry

Le contentieux opposant la Ville de Saint-Hyacinthe au consortium d’architectes (ACDF de Saint-Hyacinthe et Tremblay L’Ecuyer de Laval ) et à l’entrepreneur général (Pomerleau de Saint-Georges) tous deux impliqués dans la réalisation du Centre aquatique Desjardins est à la veille de se régler.

publicité

La direction générale de la municipalité a confirmé au COURRIER qu’un montant total de 423 403 $ sera versé à la firme d’architectures ACDF et une somme de 100 000 $ à Pomerleau afin de régler les réclamations en suspens. Ces paiements finaliseront le volumineux dossier du financement du centre aquatique dont le coût final devrait s’élever à 21,7 M$, soit un dépassement de 37 % par rapport à l’estimation initiale de 15,8 M$.

Fin décembre, les autorités municipales avaient dressé un bilan financier provisoire du centre aquatique dont le coût se chiffrait alors à 21,2 M$. Lors de la présentation publique des états financiers, il subsistait plusieurs litiges sur lesquels la Ville devait prendre position.« Il demeurait un différend concernant des honoraires supplémentaires réclamés par le consortium d’architectes ainsi qu’un contentieux sur certains avenants de l’entrepreneur général Pomerleau », indique Louis Bilodeau, directeur général à la Ville de Saint-Hyacinthe.

Mandat prolongé pour ACDF

En mars 2010, la municipalité avait mandaté un consortium composé de firmes d’architectures et d’ingénieurs pour établir les plans et devis et surveiller le chantier jusqu’à la fin des travaux qui devaient se terminer au plus tard le 31 mars 2011.

Une date imposée à la Ville pour qu’elle soit admissible à deux contributions du Fonds Chantiers Canada-Québec totalisant 10,5 M$ dans le cas du projet maskoutain.Comme la municipalité fut autorisée à dépasser cette date limite, la construction du futur centre aquatique s’est finalement prolongée de sept mois. « À partir du 1 er avril 2011, la firme ACDF était sans contrat avec nous. Architectes et ingénieurs ont poursuivi la surveillance du chantier de bonne foi jusqu’à la fin des travaux début novembre 2011 », mentionne M. Bilodeau.Le mois dernier, après négociation entre les parties, la Ville a consenti à verser au consortium une somme de 242 482 $ couvrant la période du 1 er avril au 30 juin 2011.« Un second règlement de 180 921 $ sera entériné prochainement par le conseil municipal pour la période du 1 er juillet au 10 novembre 2011. Ces deux versements viendront conclure le volet des honoraires des professionnels associés au projet du centre aquatique », précise le directeur général de la Ville.La facture finale en honoraires professionnels se chiffrera à 1,7 M$, ce qui représentera un excédent de 712 000 $ par rapport à la soumission qui a valu le contrat au consortium d’architectes.La direction générale dit être sur la bonne voie pour régler le dernier différend qui concerne l’entrepreneur général.« Les discussions vont bon train avec Pomerleau. Des réclamations nous ont été soumises relativement à plusieurs avenants qui pour certains ont du sens et pour d’autres un peu moins », juge M. Bilodeau. Par exemple, Pomerleau avait loué des clôtures pour ceinturer le chantier lors de la tenue de l’Expo et demande à être payé pour ce service. « Il reste un montant à finaliser avec l’entrepreneur général. Dans le contexte, il est question d’une somme d’environ 100 000 $ », avance Louis Bilodeau.En ce qui concerne Pomerleau, en plus du montant du contrat de construction de 14,8 M$ octroyé en juillet 2010, des avenants totalisant 1,8 M$ auront été payés par la municipalité.Pour régler ces derniers litiges, la municipalité utilisera une enveloppe de 215 000 $ mise en réserve à cette fin ainsi qu’un solde non utilisé de 463 258 $.« Il n’y aura pas de ponction à l’intérieur du budget de la municipalité et il ne sera pas commandé de règlement d’emprunt supplémentaire », rassure Louis Bilodeau.Pour assumer l’ensemble des coûts liés à la réalisation du Centre aquatique Desjardins, la Ville avait adopté un règlement d’emprunt de 18,3 M$.

image