28 mai 2015
Concert-bénéfice à La Présentation
Une note parfaite pour Isabelle Nicolas
Par: Le Courrier
La famille Deblonde-Nicolas était émue par le vibrant hommage surprise concocté pour la Dre Myriam Deblonde, retraitée depuis janvier. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La famille Deblonde-Nicolas était émue par le vibrant hommage surprise concocté pour la Dre Myriam Deblonde, retraitée depuis janvier. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le public n’a pas été le seul à s’émerveiller au timbre de la soprano lyrique Isabelle Nicolas lors de son concert-bénéfice à La Présentation. Sa mère, la docteure retraitée Myriam Deblonde, était sous le coup de l’émotion devant le brillant hommage que lui avait réservé sa fille, soulignant sa carrière et les moments charnières de sa vie sur des airs d’opéra.

Publicité
Activer le son

Cachotière, la cantatrice de 29 ans s’était bien gardée d’annoncer que si son concert célébrait en chanson toutes les mères, il se voulait surtout une louange à sa génitrice.

« Ma mère a pris sa retraite de la médecine, en janvier, après 35 ans de carrière. Aujourd’hui, c’est pour toi, maman. Nous t’avons préparé un bien cuit musical », a lancé Isabelle à une Myriam Deblonde abasourdie.

Enchaînant perruques, chapeaux et situations comiques, la soprano maskoutaine et ses trois acolytes ont relaté les grandes périodes de l’histoire de la famille Deblonde, de leur départ de la Belgique, jusqu’à leur arrivée sur une ferme de La Présentation.

Les larmes n’ont pas tardé à jaillir dans les yeux de l’omnipraticienne retraitée, un beau moment d’émotions qui a trouvé écho chez sa fille. On pouvait sentir le trémolo dans la voix d’Isabelle alors qu’elle interprétait Oh Dieu! Que de Bijoux!, de Charles Gounod, une pièce qui se voulait un clin d’oeil à la beauté de sa mère et à son « bijou », une petite voiture convertible.

« C’était très émotif comme moment, bien au-delà de mes espérances », a souligné Mme Deblonde, encore émue au terme de la prestation de 2 h.

Le père de la cantatrice n’a pas non plus été en reste, ses origines françaises étant reconnues par la pièce Salut à la France. « Myriam a rencontré son mari, un Français. Mais les Belges n’aiment pas les Français, car ils les prennent toujours pour leur newfie », s’est exclamé Isabelle, avant d’entreprendre l’hymne.

À couper le souffle

Dès les premières notes de l’Ave Maria de Pietro Mascagni, la voix d’Isabelle Nicolas a saisi les 175 spectateurs de l’église La Présentation.

Son timbre mélodieux ainsi que sa prestance décuplée par la beauté des saints lieux ont ravi le public, qui ne s’est pas gêné pour souligner par une chaleureuse ovation le talent de la soprano.

Le concert a également tiré sa force de la présence de trois autres chanteurs : Valérie Bélanger, soprano, Xavier Vivier-Julien, ténor et Emanuel Shnu-Lebel, baryton.

Le duo formé par les deux hommes lors de la chanson Au fond du temple saint a d’ailleurs époustouflé les spectateurs qui se sont levés pour applaudir à tout rompre.

La version d’Ave Maria de Gilles Vigneault, interprété par Emanuel Shnu-Lebel, était quant à elle un beau mélange entre religion et culture québécoise.

Les chanteurs étaient accompagnés par le virtuose de l’orgue Jean-Sébastien Dufour, qui avait procédé aux arrangements des pièces pour la plupart composées pour le piano.

Grâce à son spectacle, Isabelle Nicolas, qui poursuit sa carrière de soprano en Europe, a remis 2 000 $ à l’église La Présentation pour son entretien et sa restauration.

image