27 juin 2019
Entre les lignes
Une surtaxe à nos portes
Par: Le Courrier

Si vous possédez une voiture, le débat qui a fait rage la semaine dernière sur la Rive-Sud de Montréal autour de la taxe d’immatriculation supplémentaire de 50 $ a dû vous intéresser. Il le devrait en tout cas.

Publicité
Activer le son

Les municipalités membres de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) ont en effet voté majoritairement en faveur de cette surtaxe qui entrera en vigueur d’ici janvier 2021 et qui servira en principe à financer le transport collectif. Celle-ci s’appliquait déjà sur l’île de Montréal, mais elle va maintenant s’étendre aux 82 municipalités de la CMM, une zone qui se termine à Mont-Saint-Hilaire.

Saint-Hyacinthe n’est pas membre de la CMM et en est donc épargnée pour l’instant. Mais s’il n’en tient qu’au maire de Varennes, nous ne perdons rien pour attendre. Sur les ondes du 98,5 FM, il a livré le fond de sa pensée. Il voudrait que la troisième couronne, dont fait partie la Ville de Saint-Hyacinthe, soit la prochaine à payer cette taxe d’immatriculation supplémentaire de 50 $ indexable annuellement. « Je vais vous donner les exemples de Saint-Hyacinthe et de Saint-Jean qui utilisent notre transport collectif sans contribuer un sou pour la part du transport en commun. Il est tout à fait normal qu’on jongle avec le gouvernement à d’autres formules de financement et ça en fait partie », a exprimé le maire Martin Damphousse.

J’aimerais simplement lui rappeler que Saint-Hyacinthe serait membre en règle de la CMM si Varennes et les autres municipalités de la Rive-Sud avaient appuyé en temps et lieu nos démarches en vue d’obtenir le prolongement du train de banlieue. Ne pas payer cette surtaxe et ne pas contribuer à la CMM sont davantage un prix de consolation.

Cela dit, laisser entendre que nous ne payons rien pour profiter du transport collectif régional est un mensonge éhonté. Selon le budget 2019 de la Ville de Saint-Hyacinthe, la quote-part pour le circuit régional RTM s’élève à 1,4 M$, ce qui nous assure un service limité de transport par autobus par les circuits 200 et 300 et une navette vers le train de banlieue de Mont-Saint-Hilaire. Ce n’est pas nécessairement une aubaine vu le service restreint qui vient avec.

image