21 mars 2013
Vacci-Vet est spécialisée dans les vaccins vétérinaires
Par: Le Courrier
Antoine Khoury, président-directeur général de l'entreprise Vacci-Vet, et son fils André.

Antoine Khoury, président-directeur général de l'entreprise Vacci-Vet, et son fils André.

On parle beaucoup des avancées de la médecine humaine, mais la médecine vétérinaire progresse elle aussi très rapidement par la mise au point de nouvelles méthodes et de produits effaces.

Publicité
Activer le son

Ces progrès permettent entre autres de réduire les pertes dues aux maladies dans les élevages d’animaux de ferme. Ainsi c’est à Saint-Hyacinthe, dans les laboratoires de Vacci-Vet, que sera très prochainement fabriqué un vaccin unique au Canada et bien particulier, destiné à la maladie Entérite Nécrotic affectant les volailles, les porcs et les bovins.

De l’Égypte à Saint-Hyacinthe

Né à Alexandrie en Égypte, le président-directeur général de Vacci-Vet, Antoine Khoury, a quitté sa terre natale en 1966, sa formation en médecine en poche. À Montréal, il s’est orienté vers la microbiologie pour y accomplir une longue carrière professionnelle en microbiologie humaine, agoalimentaire puis vétérinaire, qui l’a amené successivement au ministère de la Santé, puis au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et enfin dans une entreprise vétérinaire de Saint-Hyacinthe.

« En 1998, j’ai remis le pied en Égypte, curieux de voir ce qui se passait ailleurs dans le domaine vétérinaire », raconte M. Khoury. « Des intervenants dans le domaine vétérinaire m’ont demandé de mettre au point un vaccin particulier contre la bactérie Clostridium perfringens, qui est la cause principale de l’entérite nécrotique. Cette maladie, qui entraîne la mort rapidement, fait des ravages dans les élevages de volailles au Moyen-Orient. Il n’y a pas de traitement spécifique pour cette maladie, notre vaccin offre donc une solution préventive fort intéressante. Présente partout à travers le monde, l’entérite nécrotique s’attaque aussi aux autres animaux d’élevage. Le marché international offre donc tout un potentiel! » L’idée de produire ce vaccin était désormais lancée et au terme d’un processus de plusieurs années, Vacci-Vet a vu le jour.

Des solutions vaccinales uniques au Canada

En 2009, l’entreprise s’est établie dans la Cité de la biotechnologie. « Nous voulions aménager des locaux qui répondent aux normes gouvernementales de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), puis appliquer nos connaissances pour mettre au point les technologies de fabrication. Saint-Hyacinthe s’est imposée comme un choix naturel et nous avons bénéficié de l’aide du CLD Les Maskoutains. Ce sont des gens très dynamiques, proactifs, de véritables accélérateurs de projets. Et la Cité constitue un environnement fort stimulant, où nous pouvons travailler avec la Faculté de médecine vétérinaire et des vétérinaires. La présence de tous ces professionnels crée une synergie très motivante, positive pour tout le monde », affirme André Khoury coordonnateur de projets chez Vacci-Vet.

Totalisant 5 000 pieds carrés, ces laboratoires sont aménagés pour répondre aux normes rigides de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Grâce à un système sophistiqué et rigoureux de ventilation et de sas, l’atmosphère est contrôlée et toutes les pièces sont indépendantes les unes des autres. Vacci-Vet, actuellement en phase de précommercialisation, y produira bientôt toute une gamme de vaccins, principalement celui qui prévient l’entérite nécrotique. « Ce vaccin est une solution préventive efficace, qui assure une meilleure protection immunitaire chez l’animal. Ainsi, il est possible d’éviter la maladie par la vaccination plutôt que d’attendre qu’elle se déclare causant ainsi des mortalités à la grandeur de l’élevage », explique Antoine Khoury. « Nous sommes les seuls au Canada à nous spécialiser dans la fabrication de vaccins anaérobiques et toxoïdes, destinés aux différents types animaux d’élevage. Autre avantage de Vacci-Vet, nous pouvons faire des vaccins autogènes, c’est-à-dire sur mesure fabriqués à partir d’une souche prélevée sur un animal malade d’un éleveur. Faits spécifiquement pour ces producteurs, ces vaccins autogènes offrent une efficacité très ciblée et sont produits rapidement, en trois semaines, contrairement aux vaccins commerciaux qui ont un spectre d’application beaucoup plus large, mais dont la mise au point peut prendre jusqu’à deux ans de préparation et qui peuvent à la longue se révéler moins efficaces dû principalement aux mutations des bactéries », d’ajouter M. Khoury.

Une équipe et ses projets

Antoine Khoury est à la tête d’une équipe de spécialistes dans le domaine vétérinaire, microbiologique et technique. Son fils André, grâce à sa formation technique et dans des domaines différents, apporte un autre point de vue au développement de l’entreprise.

« Mon père amène le côté scientifique, moi le côté technique, nous nous complétons. » L’équipe qui compte également un comptable, un chercheur détenteur d’un post-doctorat et responsable de la production et un consultant pour le marché international, va bientôt s’accroître, avec le début de la production. « Nous visons le marché canadien et international, et nous regardons de près l’Amérique latine, tout en établissant un réseau de distribution bien en place au Moyen-Orient. » Antoine Khoury entrevoit un bel avenir pour Vacci-Vet! Fiche signalétique Nom de l’entreprise : Vacci-Vet inc. Dirigeants : Antoine Khoury Année de fondation : 2009 Municipalité : Saint-Hyacinthe Secteur d’activité : Biotechnologie et agroalimentaire Activité : Fabrication de vaccins vétérinaires Marché : National et international

image