12 avril 2018
DEM et Saint-Hyacinthe Technopole
Ville et MRC en questionnement
Par: Benoit Lapierre
La cohabitation de SHT et DEM sur le territoire des Maskoutains fera l’objet d’une étude commandée par la Ville de Saint-Hyacinthe et la MRC. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La cohabitation de SHT et DEM sur le territoire des Maskoutains fera l’objet d’une étude commandée par la Ville de Saint-Hyacinthe et la MRC. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les missions que poursuivent parallèlement Développement économique des Maskoutains (DEM) et Saint-Hyacinthe Technopole (SHT) seront bientôt examinées par un observateur externe à la demande de la Ville de Saint-Hyacinthe et de la MRC des Maskoutains.

Publicité
Activer le son

Le conseil des maires de la MRC a donné son accord, le 16 mars, à un partenariat avec la Ville et à l’octroi d’un mandat « pour la réalisation d’une étude sur l’optimisation de la gouvernance du développement économique sur le territoire maskoutain », étude qui sera financée en deux parts égales par la Ville de Saint-Hyacinthe et les 16 autres municipalités de la MRC.

« Après trois ans de fonctionnement [avec ce tandem], nous voulons voir où nous en sommes rendus, et si les municipalités en ont pour leur argent », a indiqué le directeur général de la MRC, André Charron. Il a précisé que c’est la Ville de Saint-Hyacinthe qui allait se charger du choix du mandataire pour la réalisation de cette étude dont le coût a été estimé à environ 25 000 $.

On se souviendra qu’au dépôt du budget 2018 de la Ville de Saint-Hyacinthe, le maire Claude Corbeil avait fait allusion à l’existence d’une certaine confusion dans le milieu des affaires face aux rôles que jouent DEM et SHT sur des territoires qui se chevauchent. Au début de l’année, lorsqu’il a été question d’une étude de la MRC sur la pertinence de créer un parc industriel régional, M. Corbeil avait annoncé qu’il y aurait prochainement « des discussions » au sujet des missions que remplissent DEM et SHT. C’est vraisemblablement à la suite de ces « discussions » que Saint-Hyacinthe et les municipalités se sont entendues sur la pertinence de procéder, avant toute chose, à un examen de ce que DEM et SHT accomplissent côte à côte dans le développement économique. André Charron a confirmé que la question du parc industriel régional ne serait pas abordée avant que les conclusions de l’étude sur la gouvernance en matière de développement économique ne soient connues.

Au mois de janvier, le directeur général de SHT, André Barnabé, avait confié au COURRIER qu’il était d’accord avec l’idée de revoir tout le mécanisme de prospection économique qui est en place dans la MRC. « Une ville comme Saint-Hyacinthe a-t-elle besoin de deux organisations de développement économique pour le secteur industriel? Nous avons la responsabilité collective de vérifier si les structures mises en place en 2015 ont livré la marchandise trois ans plus tard », estimait-il.

Le directeur général de DEM, Charles Fillion, insistait quant à lui sur la complémentarité des deux organisations et affirmait que les champs d’intervention de DEM étaient bien définis. « Nos services touchent autant le domaine agricole que commercial et industriel. Le conseil des maires de la MRC nous donne un mandat précis en matière de développement économique. S’il y a une démarche de clarification à apporter, nous le ferons », avait-il répondu.

Un an plus tôt, M. Fillion avait été invité par le conseil municipal de Saint-Hyacinthe à venirexpliquer, en séance plénière, en quoi consiste la mission de DEM. Il s’était prêté à l’exercice en compagnie de Gabriel Michaud, l’ex-dg de la MRC. De toute évidence, ils n’ont pasconvaincu Claude Corbeil qu’il n’y avait rien à changer dans la manière de travailler au développement de Saint-Hyacinthe et de sa région.

Public, privé

DEM est un service public relevant directement de la MRC et couvrant tout son territoire. Ilfonctionne avec un budget annuel de 909 742 $ constitué d’une subvention gouvernementale de 491 381 $ et des quotes-parts des municipalités, lesquelles totalisent 401 361 $ en 2018, dont une part de 253 530 $ versée par la Ville de Saint-Hyacinthe.

Contrairement à DEM, Saint-Hyacinthe Technopole est une entité indépendante mandatée par la Ville pour voir au développement économique de son territoire, moyennant une contribution de 1 225 000 $ versée par la Ville de Saint-Hyacinthe.

Le directeur général de SHT, André Barnabé, est toujours favorable à un examen du fonctionnement des deux organisations, trois ans après leur création à la suite de l’abolition des Centres locaux de développement (CLD) par le gouvernement Couillard. La Ville de Saint-Hyacinthe avait alors remplacé la Cité de la biotechnologie, qui veillait sur le parc industriel du même nom, par un nouveau commissariat – SHT – qui s’occuperait dorénavant du développement industriel, touristique et commercial.

« La Ville soutient deux organisations de développement économique, mais est-ce qu’on utilise bien ces ressources financières-là dans ces deux structures? La réalité, c’est aussi qu’elles cohabitent sur le même territoire : est-ce le meilleur modèle pour assurer le développement de Saint-Hyacinthe et de sa région? C’est ça, le questionnement. Nous allons collaborer à cette étude, bien sûr, et nous souhaitons même faire partie de la solution », lance tout haut M. Barnabé.

À première vue, il serait difficile d’envisager une fusion des deux entités, l’une étant publique et desservant les 17 municipalités de la MRC, l’autre étant privé et ne s’occupant que du territoire de Saint-Hyacinthe. D’autre part, aucune municipalité ne peut se désengager des mesures prises par une MRC pour favoriser le développement de son territoire. 

image