19 septembre 2019
Vincelette mieux outillé qu’en 2015
Par: Jean-Luc Lorry

Le candidat libéral René Vincelette souhaite que la campagne électorale dans Saint-Hyacinthe-Bagot se déroule dans le respect. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Pour sa seconde campagne électorale sous les couleurs libérales, René Vincelette estime être mieux outillé qu’il y a quatre ans pour faire la différence le jour du scrutin.

publicité

« En 2015, l’Association libérale de Saint-Hyacinthe vivotait. Il n’y avait pas de budget et nous avions une équipe minimaliste, décrit René Vincelette en entrevue au COURRIER. Cette fois, nous disposons davantage de bénévoles [une vingtaine] et nous allons pouvoir dépenser de deux à trois fois plus que lors de la dernière campagne électorale. »

Lors des élections de 2015 où René Vincelette avait été battu d’un cheveu (1 % d’écart) par la néo-démocrate Brigitte Sansoucy, le candidat libéral avait dépensé 14 235 $.

M. Vincelette espère une campagne électorale qui se déroulera dans le respect autant à l’échelle nationale que locale.

« Le Parti libéral a pris la décision de ne pas tomber dans les attaques personnelles. Je trouve que la tendance des conservateurs est de diminuer l’autre pour se valoriser soi-même. Je pense qu’il ne faut pas tomber dans les accusations gratuites », estime René Vincelette.

« Cela fait 35 ans que je travaille en ressources humaines et dans les relations de travail. J’ai eu à négocier avec un syndicat. Si tu n’apprends pas à respecter ton partenaire ou ton adversaire, comment trouver des solutions? »

M. Vincelette occupe le poste de vice-président des ressources humaines chez le Groupe Lacasse, un fabricant de mobilier de bureau situé à Saint-Pie.

Le candidat libéral s’est impliqué à plusieurs reprises dans la communauté maskoutaine. Depuis 7 ans, il préside le conseil d’administration du Cégep de Saint-Hyacinthe.

Par le passé, René Vincelette a été président de la Chambre de commerce de la grande région de Saint-Hyacinthe. Il fut également administrateur de Forum-2020, un organisme dont l’un des mandats est l’intégration de la main-d’œuvre immigrante.

Durant la campagne, René Vincelette compte aborder le thème de la gestion de l’offre dans le secteur agricole, de l’importance de l’immigration dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre et du soutien financier fédéral aux familles comme l’Allocation canadienne pour enfants.

Aide aux médias

Dans le cas d’une victoire du chef libéral Justin Trudeau, les entreprises de presse bénéficieront d’une aide d’Ottawa principalement sous la forme d’un crédit d’impôt sur les coûts de main-d’œuvre liés à la production de contenu écrit.

Cette aide du palier fédéral pourrait se conjuguer à une intervention de Québec qui devrait prendre la forme d’un autre crédit d’impôt appliqué sur la masse salariale des médias écrits.

« Il est important d’avoir des médias locaux et il y a un besoin de maintenir une presse écrite. Mais assurer leur présence ne signifie pas pour autant tout leur donner », considère le candidat libéral.

M. Vincelette estime qu’une aide financière ne doit pas soustraire une entreprise à ses obligations de résultat. « Une entreprise [de presse ou d’un autre secteur d’activité] doit faire ses devoirs. On doit s’assurer de mettre en place de bonnes pratiques d’affaires. »

René Vincelette a installé son quartier général de campagne en face de la zone commerciale Choquette.

image