5 novembre 2015
VW Jetta 1,4 2016
Vive et nerveuse
Par: Marc Bouchard

Photos Marc Bouchard

Photos Marc Bouchard

Je n’aurais jamais pensé dire cela un jour, mais le 2,0 litres est mort. Célébrons…

Publicité
Activer le son

Si vous n’êtes pas un enthousiaste de Volkswagen, cette première phrase n’a probablement aucune signification pour vous. Pourtant, elle a une valeur historique indéniable pour tous ceux qui, une fois dans leur vie, ont conduit une VW Jetta dotée du moteur 2,0 litres.

Pour vous donner une idée, à la blague, le porte-parole de la compagnie nous a expliqué que ce moteur 2,0 litres avait des origines lointaines. Tellement lointaines en fait, qu’elles pourraient bien remonter jusqu’aux dinosaures. Une affirmation qui n’est pas si loin de la vérité quand on constate que le moteur 2,0 litres remonte à 1993, année de la sortie du tout premier film « Le Parc Jurassique »!

Ce moteur, on l’avait baptisé « 2 slow » (prononcé à l’anglaise, cela donne quelque chose comme « too slow ») non sans raison. Il effectuait en effet le 0-100 km à l’heure en quelque 13 secondes, était bruyant par temps froid (et même moins froid) et consommait plus que la moyenne de ses rivaux.

Que VW décide de rajeunir la flotte et propose un moteur plus vif et plus dynamique n’est donc qu’une bonne nouvelle. Le nouveau moteur 1,4 litre TSI (pour Turbocharged Stratified Injection) est plus nerveux, plus silencieux et nettement plus économique.

Ainsi, celui qui développe désormais 150 chevaux et 184 livres-pied de couple, une hausse de 35 chevaux et de plus de 50 livres-pied, affiche de toutes nouvelles statistiques nettement plus imposantes. Le 0-100 se boucle en quelque 8 secondes et il réussit à maintenir une consommation de 8,5 litres aux 100 kilomètres en ville, et 6 litres aux 100 kilomètres sur autoroute.

Un peu comme « Le Parc Jurassique », la Jetta fait désormais appel aux dernières technologies et aux raffinements de la science. Mais contrairement au film, la dernière version de la Jetta est bien meilleure que l’ancienne!

Changements intérieurs

Physiquement, la VW Jetta n’a subi ­aucune modification pour 2016. On l’avait un ­tantinet rafraichie au cours des années précédentes et elle conserve son allure passe-partout totalement Volkswagen. Personne, en effet, ne peux confondre la Jetta avec une autre compagnie.

C’est dans l’habitacle que l’on a apporté quelques modifications. Du nombre, un nouvel écran de 5 ou 6,33 pouces (selon la version choisie), tactile et capable de ­recevoir les informations multimédia ou d’afficher les infos de navigation si ­l’option a été cochée. Mieux encore, cet écran devient aussi l’affichage de la caméra de recul, désormais de série.

Quant aux amateurs de technologie, ils seront choyés avec cette Jetta qui reçoit dorénavant la possibilité d’intégrer ­directement son téléphone intelligent dans le tableau de bord. En connectant simplement le téléphone avec un câble USB, l’écran devient littéralement celui de votre téléphone intelligent (soit grâce à Apple Car Play soit avec Android Auto). Les commandes de votre appareil sont alors les mêmes, et vous voilà capable de tout commander avec Siri et ses ordres vocaux.

Sur la route

Sauf que, ce vous voulez savoir, c’est si le nouveau moteur 1,4 litre vaut le changement. La réponse est un oui, sans ­équivoque.

Sur les routes de la région de la capitale canadienne, nous avons pu mettre à l’épreuve la petite voiture, qui s’est avérée plus agréable que jamais. En entrée ­d’autoroute, par exemple, la petite Jetta affichait une solide accélération capable de nous permettre de nous glisser dans le trafic sans avoir la sensation de retarder tout le monde.

En ville, grâce notamment à ses ­nouveaux freins à disque, la Jetta affichait une belle assurance dans toutes les conditions, la direction précise et sensible ­favorisant une conduite agréable. Il y a bien sûr un léger délai, gracieuseté du moteur turbo, mais il est réduit au minimum.

On peut aussi se plaindre un peu du confort des places arrière, ou des suspensions un peu trop sèches pour ce genre de véhicule. Mais dans l’ensemble, le ­comportement de la Jetta est sain, rassurant et sans équivoque.

Un bon mot aussi pour la boite automatique qui effectue un travail plus que ­raisonnable, répondant avec aisance aux exigences des conducteurs.

Rappelons nous aussi que la petite VW Jetta trône toujours dans la catégorie des berlines fort abordables. Avec ce nouveau moteur, elle devient certainement un choix qu’il faut considérer plus que jamais, si l’espace n’est pas votre priorité numéro un.

image