22 mars 2012
Future usine de fabrication de yogourt
Yoplait aura tout le lait nécessaire
Par: Jean-Luc Lorry

La multinationale américaine General Mills, copropriétaire de Yoplait ne devrait pas rencontrer d’embûches pour s’approvisionner auprès de la Fédération des producteurs de lait du Québec, en vue d’implanter une nouvelle usine de fabrication de yogourt dans la province.

publicité

Le géant planétaire Yoplait veut mettre un terme au contrat de franchise qui le lie avec l’entreprise Aliments Ultima qui assure la commercialisation de ses produits à l’échelle canadienne. Propriété des coopératives Agropur et Agrifoods, Aliments Ultima fabrique annuellement 100 millions de kilos de produits laitiers frais de marque Yoplait à son usine de Granby.

Un volume considérable qui selon la direction d’Agropur ne pourrait être conservé par Yoplait advenant la rupture de l’entente convenue entre les deux entreprises depuis 42 ans.« Si General Mills veut fabriquer du yogourt au Québec, elle n’aura pas de lait. Il est clair que les volumes de lait utilisés par Aliments Ultima appartiennent à Agropur », avait déclaré Pierre Claprood, chef de la direction d’Agropur, lors de l’assemblée générale annuelle tenue début février.À la Fédération des producteurs de lait du Québec, on assure toutefois que l’approvisionnement de l’industrie agroalimentaire se fait en fonction des parts de marchés réalisées par ses différents clients. « Les volumes de lait que nous vendons ne sont pas préattribués. Nous produisons du lait en fonction de la demande de l’industrie », précise François Dumontier, porte-parole de la Fédération des producteurs de lait du Québec.Le marché du yogourt au Québec se partage principalement entre Yoplait et la multinationale française Danone à hauteur de 40 % chacune.Pour faire face au prévisible désengagement de Yoplait, Agropur se prépare depuis deux ans au lancement d’une nouvelle marque de yogourt et de nouvelles recettes qui représentent un investissement de l’ordre de 10 M$.« L’arrivée d’un nouveau joueur dans le secteur du yogourt ne devrait pas compromettre l’approvisionnement en lait. Nous sommes capables de répondre à une croissance régulière du marché des produits laitiers », indique M. Dumontier.

Démarches auprès de Québec

Pour financer son projet de construction d’une future usine spécialisée dans la fabrication de yogourt, Yoplait a entamé des démarches de lobbying auprès du gouvernement provincial.

La multinationale franco-américaine se tourne vers Investissement Québec en vue d’obtenir un coup de pouce financier qui se traduirait par l’octroi de subventions, de prêts ou sous la forme de crédits d’impôts. Afin de ratisser large, Yoplait ira frapper aux portes des ministères de l’Agriculture, du Conseil exécutif et du Développement économique.Chez Yoplait, on prétend que la localisation de cette future usine qui représente une manne potentielle de 165 M$ en chiffres d’affaires n’est pas encore déterminée. En décembre 2010, Yoplait a acquis le fabricant de produits laitiers Liberté dont l’usine principale est située à Saint-Hyacinthe. Au CLD Les Maskoutains, on espère que la haute direction de Yoplait sera séduite par les attributs de la municipalité considérée comme la capitale de l’industrie agroalimentaire au Québec.

image