4 février 2021
SAQ centre-ville
Soucy et la société d’État apportent des précisions
Par: Jean-Luc Lorry

Les travaux de réaménagement de la SAQ du centre-ville ont débuté. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La décision de la Société des alcools du Québec (SAQ) de fermer temporairement sa succursale située au centre-ville le temps de lui donner une nouvelle apparence continue de faire couler de l’encre. À la suite de la publication de nos reportages et des sorties publiques du président de la SDC centre-ville, Stéphan Rhéaume, la société d’État et la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, ont souhaité clarifier les choses par le biais de lettres ouvertes.

Publicité
Activer le son

Devant la soudaine fermeture de l’établissement, le 13 janvier, qui a fait sortir de ses gonds la Société de développement commercial (SDC) centre-ville, la SAQ dit avoir eu des échanges en amont avec Sylvain Gervais, directeur du développement commercial de Saint-Hyacinthe Technopole, et M. Rhéaume.

« Bien sûr, nous sommes sensibles aux effets de la fermeture annoncée. C’est pourquoi nous avons amorcé des discussions avec des représentants locaux dès la fin novembre 2020. Dans les derniers jours, nous avons eu aussi l’occasion de répondre aux interrogations et inquiétudes de la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, et à celles de la SDC et de son président », écrit Irène Anoia, directrice Développement immobilier à la SAQ, dans une lettre ouverte publiée (voir autre texte).

Dans une précédente édition, la députée caquiste avait été montrée du doigt par Stéphan Rhéaume qui dénonçait son immobilisme dans le dossier.

« Contrairement à ce qui a été véhiculé au centre-ville, il est faux de penser que j’ai gardé les bras croisés dans ce dossier. Dès que j’ai été mise au courant de la fermeture éventuelle de la SAQ, j’ai immédiatement entamé des démarches pour savoir s’il était possible de relocaliser le magasin, le temps des rénovations. Comme vous le savez, la SAQ est une société d’État indépendante. Elle a le plein pouvoir de sa gestion d’opération », se défend Chantal Soucy dans une lettre ouverte que nous publions également dans notre section Forum.

Aucune relocalisation

Lors des rénovations effectuées dans le même local en 2010, la SAQ avait relocalisé la succursale dans l’ancien magasin Antonio Moreau (aujourd’hui Les Trouvailles de l’Abbé Leclerc), situé au coin de la rue des Cascades et de l’avenue de l’Hôtel-Dieu. Dix ans plus tard, l’option d’un pied-à-terre temporaire pour accommoder la clientèle n’était pas sur la table.

« Nous n’avons pas procédé à la recherche d’un local temporaire afin de nous concentrer sur les rénovations et la livraison du projet. La présence d’une succursale Sélection, à seulement deux kilomètres de distance (quadrilatère des Galeries St-Hyacinthe) de celle de la rue des Cascades, assure une solution temporaire et une alternative pendant la durée des travaux », indique Yann Langlais-Plante, porte-parole aux Affaires publiques et communications de la SAQ, dans un courriel adressé au COURRIER.

Pas une SAQ Express

La SAQ a tenu à rassurer le conseil d’administration de la SDC que ce ne sera pas une SAQ Express qui ouvrira ses portes d’ici le 15 juin au centre-ville de Saint-Hyacinthe.

La société d’État motive sa décision de revoir à la baisse la superficie de l’aire de vente de la majorité de ses projets immobiliers en raison de la popularité de la vente en ligne.

« Dans le cas de la succursale de la rue des Cascades, la réduction de la superficie se trouve majoritairement dans l’aire d’entreposage. L’aire de vente sera réduite de 477 pieds carrés, mais l’offre de produits en sera peu affectée. La nouvelle succursale aura une offre d’environ 900 produits et conserve le même nombre de produits [dans la section] Cellier », détaille Irène Anoia dans sa missive.

Selon l’échéancier établi par la SAQ, les travaux de réaménagement de la succursale du centre-ville doivent s’étendre sur quelques mois, pour une réouverture au début de l’été.

image